Jacob ZUMA, ex-président de l'Afrique du Sud

Afrique du Sud

ZUMA démissionne : fin de la crise politique mais pas sociale

Il n’a pas pu finir son second mandat qui devrait arriver à terme en 2019. Il, c’est bien le désormais ex-président sud-africain, Jacob ZUMA. Le clap de fin est sonné ce mercredi alors que tout le monde pensait à une longue résistance du controversé président zulu. Son parti a eu raison de lui. Il l’a poussé à bout jusqu’à l’obtention de sa démission.

La présidence de Zuma ces 9 années à la tête de l’Afrique du Sud a été marqué par des scandales de corruption. Les événements se sont accélérés ces derniers jours. L’ANC avait appelé Jacob Zuma à partir de lui même le 13 février, soit quelques heures avant une perquisition musclée de la police dans les locaux de la famille Gupta, celle par qui le scandale est arrivé avec arrestation de 3 personnes mises immédiatement en garde à vue.

Le pouvoir de Jacob Zuma ne pouvait pas résister à cette forte pression de l’ANC comme ce fut le cas de son prédécesseur Tabo Mbeki. Il a été très vite lâché par de hauts cadres du parti dont surtout son ex-femme Dlamini Zuma, le président des jeunes de l’ANC et son ministre des Finances qu’il a limogé.

« Je démissionne tout en n’étant pas d’accord avec la décision du parti », a dit Zuma dans un message à la Nation en début de soirée. Il avait annoncé plus tôt que personne ne lui a expliqué clairement ce qu’on lui reprochait. Du moins, aucun document ne le lui a signifié.

Voilà qui ouvre les portes de la présidence sud-africaine à Cyril Ramaphosa, le milliardaire qui a désormais les rennes du parti et du pays. Les sud-africains attendent beaucoup de lui.

La crise politique est terminée, face à la crise de survie...

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don