Kigali

Vers un autofinancement de l’UA

Réunis ce dimanche à Kigali au Rwanda à huis clos dans le cadre du 27ème Sommet de l’organisation, les chefs d’Etat et de gouvernement des 54 pays ont signé un accord de principe sur une taxe de 0,2% sur les importations.

La question est de savoir si l’Union Africaine (UA) va réellement vers une autonomie financière vis-à-vis des bailleurs de fonds que sont l’Union européenne (UE) alors que certains pays comme le Chine, la Banque mondiale et les Etats-Unis financent à plus de 70% son budget annuel ?

« C’est une décision historique qui permettra à l’organisation d’accroître son indépendance », a laissé entendre Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente sortante de la Commission de l’Union africaine.

Sur les 700 millions d’euros prévus pour l’exercice 2016-2017, 73% reposent sur l’apport des donateurs étrangers alors que le reste du budget est théoriquement à la charge des 54 Etats membres mais les retards et les défauts de paiement sont encore énormes, d’où l’idée de cette taxe sur les importations.

Le budget de l’organisation dépend toujours pour l’essentiel d’aides extérieures.

Ce 27ème Sommet est aussi marqué par l’appel lancé aux dirigeants africains par les organisations de la société civile africaine sur dégradation de l’état des droits de l’homme et de la démocratie dans leur pays. Au nombre de ces organisations, on compte quelques-unes du Togo.

Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé prend part à ce 27ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA.

La journée de ce lundi sera consacrée à la succession de la Présidente de la Commission de l’UA. Trois (3) candidats sont en lice.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don