Me Apévon abandonne le jeu au CAR

Vers l’UFC bis ?

Évincé de la tête du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), le 22 octobre dernier, Me Dodji Apévon a signé son retour au pays ce dimanche : une foule immense l’a accueilli à son domicile. L’homme ne compte pas lutter pour la présidence du CAR.

En voyage à Genève en octobre dernier pour le compte de la 135ème Assemblée de l’Union internationale des parlementaires (UIP), Me Dodji Apévon s’est vu de loin supplanté à la tête du CAR par Nador Awuku. Ceci suite à une assemblée générale ayant réuni les présidents et délégués des 36 fédérations du parti.

Alors que beaucoup de personnes se demandent si le monsieur à son retour allait lutter pour reprendre la tête du parti, ce dernier, revenu au pays ce 06 novembre, dit avoir « pris acte » de son éviction. « Je ne revendique pas la présidence du CAR, je ne me bats pas pour garder un parti ou un autre », a-t-il laissé entendre.

S’il n’a pas clairement avoué une quelconque ambition de créer un parti politique, cette option reste plausible. Une situation qui serait presque similaire à celui de l’Union des forces du changement (UFC) qui en 2010 a vu ses dissidents créer l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Notons que depuis le 22 octobre, un comité intérimaire de gestion dirige le CAR. Il a deux mois pour organiser un congrès électif pour le parti. A la tête de ce comité temporaire, Awuku Nador. Il est aidé dans sa mission par 18 membres du parti dont Jean Kissi en la qualité de secrétaire général par intérim.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don