Du 26 juillet au 5 août

Une mission de la Banque Mondiale évalue le PGCIT

Une mission de suivi et d’appui de la Banque mondiale séjourne à Lomé du 26 juillet au 5 août prochain pour évaluer le Projet de Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGICT), un projet du gouvernement togolais soutenu financièrement par la Banque mondiale avec pour finalité de limiter et de gérer les risques de catastrophes au niveau national et local.

6ème mission du genre depuis le lancement du projet en février 2013, elle établira l’état d’avancement du PGICT dans six (6) spécialités différentes, à savoir l’environnement, la gestion des ressources naturelles, la passation des marchés, le suivi-évaluation, la gestion financière, la gestion des mesures de sauvegarde environnementales et sociales.

Pour être dans la même logique, Dr Koffi Hounkpé, Chef de projet au sein de l’institution financière mondiale et ses collaborateurs ont rencontré ce jeudi à Lomé, les acteurs de la mise en œuvre de ce projet financé à plus de 16 millions de dollars américains.

La mission va élaborer l’Etat d’avancement du PGICT dans les spécialités et échanger avec les autorités du pays concernées et visiter les réalisations sur le terrain. Elle profitera également pour entamer les discussions sur la préparation du nouveau projet dans les domaines de la désertification, de la dégradation des terres et de la diversité biologique.

Selon Dr Koffi Hounkpè (Chef de projet à la banque mondiale) cette rencontre de suivi se fait chaque six mois depuis que le projet a démarré, de façon globale et l’exécution des activités se passe relativement bien.

« Pour ce qui concerne certaines activités comme le renforcement des capacités institutionnelles, notamment le ministère de la Sécurité et de la protection civile, les sapeurs pompiers, la météo et, les acquis du projet ont déjà commencé à être intégrés dans les activités régaliennes de ces départements », a-t-il laissé entendre.

Pour M. Hamidou Soumaila Mourou, Coordonnateur du PGICT, le PGICT est un cosmopolite et multidisciplinaire.

« Durant ces quatre ans de mise en œuvre de ce projet, plusieurs actions ont été réalisés dans trois domaines notamment le renforcement institutionnel, les activités communautaires et le système d’alerte. L’état de mise en œuvre des activités communautaires et la stratégie de pérennisation des acquis restent un grand défi à relever. A la lumière des rapports et les résultats vivants constatés ça et là, nous sommes rassurés d’atteindre les résultats assignés au projet  », a-t-il indiqué.

Cependant, a-t-il souligné, l’état de mise en œuvre des activités communautaires et la stratégie de pérennisation des acquis restent un grand défi à relever.

Le projet PGICT prendra fin en juin 2017. Il est mis en œuvre par le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, pour un montant de 16,947 millions de dollars US. Il vient également renforcer l’arsenal des mesures nationales orientées à limiter et gérer les risques de catastrophes aux niveaux national et local.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don