Afrique du Sud : Renvoi du ministre des Finances, Pravin Gordhan

Un chef de l’ANC dénonce la décision du président Jacob Zuma

L’un des principaux dirigeants du Congrès national africain (ANC) a déploré vendredi la décision du président Jacob Zuma de renvoyer le ministre des Finances, Pravin Gordhan, nouveau signe des divisions qui fracturent le parti au pouvoir en Afrique du Sud.

M. Zuma a annoncé dans la nuit un remaniement gouvernemental de grande ampleur, marqué par le limogeage de M. Gordhan, avec lequel il était en conflit ouvert.

« Pour la première fois, les responsables (de l’ANC) n’ont pas pu se mettre d’accord ou accepter les changements », a commenté le secrétaire général du parti, Gwede Mantashe.

« On nous a donné une liste complète » des nouveaux ministres, a expliqué M. Mantashe. « En tant que secrétaire, j’ai compris que cette liste avait été préparée ailleurs puis donnée pour l’approuver (...) ce procédé m’a rendu nerveux et mal à l’aise », a-t-il ajouté.

Depuis plusieurs mois déjà, la bataille faisait rage entre Jacob Zuma, englué dans une litanie de scandales de corruption, et Pravin Gordhan, très respecté des investisseurs, autour de la bonne gestion des deniers publics.

Le sort de M. Gordhan, très respecté des marchés, a nourri ces derniers jours de vives tensions au sein de l’ANC.

Au pouvoir depuis la fin officielle de l’apartheid en 1994, le parti de feu Nelson Mandela se déchire autour de la succession de M. Zuma, qui doit quitter la présidence de l’ANC en décembre prochain dans la perspective des élections générales de 2019.

Le chef de l’Etat soutient la candidature de son ex-épouse Nkosazana Dlamini-Zuma contre l’autre favori, le vice-président Cyril Ramaphosa, partisan de M. Gordhan.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don