Un autre mythe est tombé

Le président de la République, président du parti au pouvoir, Union pour la République (Unir), un descendant direct de Feu Gnassingbé Eyadéma, reçoit au palais de la présidence, un opposant longtemps resté sous l’ombre de Gilchrist Olympio, opposant charismatique du régime Rpt, pour discuter des problèmes de la Nation. Il y a de cela une semaine seulement, la poignée de main entre l’ancien lieutenant de l’Ufc et le fils du père n’aurait jamais été imaginée par l’opinion. Certes, le Togo n’est pas en guerre pour que les adversaires politiques ne se parlent pas. Mais il y avait une animosité incompréhensible au sein de la classe politique dont la conséquence est la radicalisation des positions, l’intransigeance des acteurs politiques, et surtout la crispation au sein des populations.

Lorsque des proches de la famille Olympio acceptaient des postes de responsabilité ou fréquentaient des milieux proches du parti au pouvoir, ils étaient automatiquement mis en quarantaine dans leur famille. Les jeunes militants de l’opposition acceptés pour travailler dans la fonction publique étaient taxés de renégats. Encore plus, tout membre de l’opposition qui rencontrait un proche du pouvoir ou acceptait toute fonction lié à l’Etat se voyait coller le qualificatif de « traitre de la République ». Ce n’est pas le ministre Dossey-Anyron qui nous démentirait. Le président de l’Ufc Gilchrist Olympio lui-même en a eu pour son compte en acceptant signer un accord de gouvernement avec le Rpt.

Dès lors son mythe d’opposant charismatique était tombé et les résultats des législatives du 25 juillet 2013 en sont évocatrices. Son parti n’a eu que trois sièges sur les 91 à l’Assemblée nationale.

La rencontre entre Faure Gnassingbé et Jean-Pierre Fabre ce 05 mars 2014 a fait tomber l’autre mythe. D’autant plus que ce dernier incarnait cette tendance que l’opposant adulé ne doit pas serrer les mains du Chef de l’Etat en même temps président du parti au pouvoir.

La principale leçon de cet acte hautement politique est que la recherche des solutions aux problèmes communs passe forcément par l’acceptation de l’autre.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don