Crise à l’Université de Lomé

« Si les étudiants bloquent toujours les activités à l’université, nous allons rester à la maison », Kafui Kpégba

Un an après la course poursuite entre forces de l’ordre et étudiants au campus universitaire de Lomé, la scène a repris de plus belle mercredi 14 juin 2017 dans la matinée.

Il s’agit des revendications liées au manque de bus pour le transport estudiantin sans oublier la tranche qui ne sort pas souvent à temps et d’augmenter de 100% le montant des bourses et allocations de secours pour atteindre 24.000 francs CFA par mois pour les allocataires et 36.000 francs CFA pour les boursiers.

A l’heure où les étudiants s’apprêtaient encore à manifester, les voitures de la police patrouillaient déjà dans le campus pour se rassurer qu’il n’y a aucune trace de manifestation.

Invitée dans une émission en Ewé (langue du sud du Togo) sur la radio Zéphyr FM ce mercredi à Lomé, la 2ème vice-présidente de l’Université de Lomé (UL), Mme Kafui Kpégba, a déclaré que les étudiants ne respectent pas les règles qui régissent sur le campus universitaire. Si ces règles étaient respectées, a-t-elle poursuivi, les forces de l’ordre n’auront pas la possibilité de les poursuivre jusqu’à les abattre.

« Si les étudiants bloquent toujours les activités à l’université, nous allons rester à la maison. S’il le faut, nous fermerons les portes de l’université pour protéger ceux qui sont venus apprendre. Dans ce cas, c’est d’abord les étudiants qui sont perdants », a-t-elle laissé entendre.

Arrêtés depuis la semaine dernière à la prison civile de Lomé, M. Foly Satchivi, président de la Ligue togolaise des droits des étudiants (LTDE) et un de ses collaborateurs n’ont pas pu comparaître devant le juge. Leur audience est prévue pour le lundi 26 juin prochain.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don