Palais de justice de Lomé

Sept étudiants co-accusés mis en liberté

Le campus de Lomé a une fois de plus été en ébullition la semaine dernière, notamment les 14, 15 et 16 juin 2017. Alors qu’ils tenaient une Assemblée générale informative le 14 juin, les étudiants ont été sans aménagement réprimés par des forces de l’ordre pour qui la franchise universitaire reste visiblement « une faible ».

Ce lundi, sept (7) des leurs incarcérés à la prison civile de Lomé la semaine dernière ont été jugés et mise en liberté.

Ce qui en sort de la procédure pénale, c’est que la magistrate a refusé de condamner les étudiants parce que le procureur de la République n’a pas pu apporter les preuves matérielles de la culpabilité des prévenus.

Selon le juge, il y a un doute qui subsiste sur l’existence même de l’infraction et sur la culpabilité des prévenus.

Incarcéré depuis la semaine dernière à la prison civile de Lomé, M. Foly Satchivi, président de la Ligue togolaise des droits des étudiants (LTDE) n’a pas pu comparaître devant le juge. Son audience a été reportée au 26 juin prochain.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don