Revue de presse du mardi 02 août 2016

Remaniement du gouvernement : Jusqu’où ira Faure Gnassingbé ?

La une des journaux parus en kiosque ce mardi, c’est le remaniement technique du gouvernement Klassou qui défraie la chronique.

« Bravo Faure pour le sorcier de Défalé, un Empire Ayassor, chute et fin », ironise L’Indépendant express.

« Le mensonge a beau triompher et régner dans le temps et dans l’espace, il fini par céder pour laisser place, céder à la vérité, une et universelle. Le jour s’est levé depuis hier pour lever le voile sur l’opacité de la gestion du ministère de l’économie et des finances. L’empereur de l’économie et des finances vient de connaître son sort. Adji Otèth Ayassor est viré du gouvernement, sans surprise. Le Chef de l’Etat, présenté comme lent dans ses prises de décisions vient de découvrir la nature cynique et vampirique de son proche collaborateur », fait savoir le journal.

Actu express de son côté pense que c’est une ménage dans l’ « écurie » et se demande si « l’inamovible » ministre Adji Otèth Ayassor « évincé », à qui le tour ?

« Visiblement Faure Gnassingbé a finalement décidé de faire le ménage dans l’écurie. A qui le tour ? C’est la question qui taraude tous les esprits. Il y a panique à bord du gouvernement Klassou. Nombreux sont ces ministres cités dans des ténébreuses affaires de détournement de fonds, de retro commission et de gabegies jusque là restées impunies. La dernière en date est la révélation de Panama Papers mettant en cause plusieurs membres du gouvernement ; en l’occurrence le premier ministre Sélom Komi Klassou et le ministre des mines Ably Bidamon dans l’affaire d’évasion fiscale orchestrée par la société Wacem », informe-t-il.

Remaniement ministériel et adieu Adji Otèth Ayassor, Faure Gnassingbé s’est décidé à prendre ses responsabilités en se débarrassant de l’indéboulonnable ministre, écrit Le Potentiel.

Selon le journal, l’indéboulonnable ministre de l’économie et des finances qui serait depuis des années dans les bonnes grâces du prince fut évincé de son portefeuille de l’économie et des finances.

« Un poste qu’il occupait depuis 2006 en remplacement d’un certain Payadowa Boukpessi actuel ministre de l’administration territoriale qui en son temps avait commis l’imprudence de rentrer en conflit avec son premier ministre d’alors Me Yawovi Agboyibo », ajoute-t-il.

Forum de la semaine pour sa part trouve que Sani Yaya est « promu » ministre de l’Economie et des finances en remplacement d’Adji Otèth Ayassor.

« Le gouvernement Klassou vient de connaitre ses premières retouches. Comme fut déjà le cas en 2007 à sa nomination en lieu et place de Payadowa Boupkessi, rententissant a été hier lundi, la publication du décret N0 2016-086/PR de nomination du successeur du ministre d’Etat ministre de l’Economie et des finances, Adji Otèth Ayassor », déplore le journal.

A en croire L’Alternative, Adji Otèth Aya-Sort suite à une fortune en plusieurs milliards, véhicule blindé à Lomé, grands biens au Togo, en Afrique et dans le monde à travers les raisons d’une chute fracassante.

« La nouvelle est tombée au journal de 20 heures, hier lundi 1er août. Celui qui faisait la misère à tout le monde autour de lui, à commencer par ses propres collègues du gouvernement, ne continuera plus l’aventure gouvernementale. Son sort est enfin scellé par celui qui était encore le seul à pouvoir le tenir respect », lance-t-il.

Toujours sur le même sujet, Liberté quant à lui, ironise « fin d’un règne, le tout-puissant ministre Adji Otèth Ayassor débarqué ».

« Le désormais ex-ministre d’Etat Ayassor, le ‘’roi de Défalé’’, qui, au cours de ces dernières années, aura été cité dans plusieurs scandales peut enfin prendre une ‘’retraite méritée’’. S’il faut apprécier à sa juste valeur ce limogeage, il sied de rappeler que ce dernier traine d’énormes casseroles dont il a le devoir moral de répondre », indique le journal.

A la une de L’Union pour la patrie, c’est le même sujet qui gangrène. Le journal titre « M. Otèth Ayassor sort, Mme Nakpa polo entre ».

« Le ‘’super ministre’’, comme l’appelaient affectueusement ses collègues du gouvernement, Adji Otèth Ayassor a été remplacé à son poste par son ex-ministre délégué, chargé du budget, Sani Yaya. Cela aura étonné plus d’un, au vu du caractère de l’homme qui tenait les finances publiques depuis 2007. Il est souvent reproché à M. Ayassor sa rigueur hors-pair vis-à-vis des dépenses publiques. Mais en réalité, c’est cette orthodoxie financière qui a permis d’engager des réformes économiques et financières tant appréciées par les institutions de Bretton Wood et les principaux bailleurs de fonds du Togo. La seconde nouveauté est le retour du ministère des Droits de l’homme dont le portefeuille est remis à une femme du nom de Mme Nakpa Polo », précise le journal.

Scandale des Panama Papers est le second sujet qui attire l’attention dans les colonnes des journaux.

« L’ADDI demande la démission du Premier ministre et l’ouverture d’une procédure judiciaire », titre Liberté.

« En ces temps de crise généralisée où l’on assiste à des difficultés financières, limitant les investissements dans les secteurs sociaux, cette implication des premières autorités du pays ne peut donc être assimilée qu’à un crime économique et social. Ces révélations, d’une extrême gravité, discréditent Monsieur Komi Sélom Klassou, Premier ministre, Chef du gouvernement dont le rôle est de diriger l’action gouvernementale et de coordonner les fonctions des autres membres. Il devrait tirer les conséquences qui s’imposent en pareilles circonstances », explique-t-il.

ADDI demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire, avance Le Potentiel.

« Et comme l’opposition est toujours dans la réaction et non dans l’action, l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), a saisie l’occasion pour exiger la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur cette société et ses actionnaires. En cas de confirmation de l’enquête, le Premier ministre Komi Sélom Klassou doit démissionner », soulève le journal.

Dans la droite ligne de ses prédécesseurs, Actu express, informe qu’ADDI exige une enquête parlementaire dans l’affaire Panama Papers-WACEM, une investigation dans laquelle le premier ministre togolais, Komi Sélom Klassou a été cité comme actionnaire de la société WACEM, détenue par les indiens et mise en cause dans cette affaire « crûment » d’évasion fiscale.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don