Le concert des journaux ce jeudi 4 mai

Quid des conseils donnés à l’opposition togolaise ?

Le récent colloque organisé par le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) et la journée internationale de la liberté de presse font écho dans la presse ce jeudi.

La presse, ce jeudi, revient sur le colloque organisé par CAP 2015 sur la problématique de l’alternance en Afrique les 28 et 29 avril dernier. En rappel, la rencontre a accueilli Francis Kpatindé, journaliste et enseignant en sciences politiques à Paris et Albert Bourgi, journaliste, professeur d’universités, consultant et auteur. Des invités qui ont répondu à l’appel contrairement au premier colloque. Warra les Vainqueurs se rappelle cette absence et se questionne « Les éminents conférenciers n’ont-ils plus reçu des menaces », en référence à la raison évoquée par CAP 2015 lors de leur première absence.

M. Kpatindé est l’invité du journal Le Correcteur. « Je ne crois pas que quelque chose bloque au Togo. Ça bouge mais pas au même rythme que le Ghana, la Sierra Leone et le Libéria qui sont des démocraties maintenant en Afrique. Il y a un frémissement et c’est à l’opposition de s’organiser pour représenter une véritable alternative », lit-on dans cet entretien. Le correcteur rend aussi publiques les grandes résolutions et recommandations de ce colloque.

L’hebdomadaire Chronique de la Semaine revient sur des propos tenus par M. Kpatindé sur les ondes d’une radio locale, mots dans lesquels il donna deux conseils à Jean-Pierre Fabre. Selon le journal, l’homme pense que le chef de file de l’opposition ne devrait pas faire de discours à l’occasion de la fête de l’indépendance et que l’opposition devrait s’unir, le mode scrutin au Togo étant d’un tour. Echos du Pays fait la même observation mais ne se fige pas sur la personne de Jean-Pierre Fabre, pensant que ces conseils étaient adressés à toute l’opposition. Article à lire à la page 3 du journal.

Quand on parle d’alternance au Togo, le sujet rime quelque peu avec celui des réformes. Sur cette derrière question, Liberté écrit, jeudi, « Dama Dramani fuit les débats sur les réformes ». « Le président de l’assemblée nationale redouterait les débats sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles comme recommandées par la Cour constitutionnelle…Dama Dramani veut trainer les pieds pour bâcler les travaux et rapprocher ses collègues d’Unir des prochaines échéances », lit-on.

Dans le cadre de la célébration de l’édition 2017 de la Journée internationale de la liberté de la presse, l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT) a organisé en collaboration avec la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication ( HAAC) et l’Observatoire togolais de médias (OTM) une rencontre marquée par la lecture du message du secrétaire général de l’ONU, la présentation du rapport de l’OTM sur la situation de la presse togolaise et une conférence débat sur le thème « de la nécessité de l’indépendance de la presse pour une presse libre : obstacles et approches de solutions ». L’information est relayée par Togo Presse, Chronique de la Semaine, Togo Matin, Echos du Pays et Warra les Vainqueurs.

D’autres sujets intéressent également la presse.

« Départ de Koffi Kadanga Walla : que devient SEGIM (Société d’exploitation et de gestion immobilière) créée grâce aux ressources de la CNSS ?  », s’interroge Liberté. Le journal revient sur le discours adressé par le Chef de l’Etat à la nation à l’occasion du 27 avril et propose à son lectorat «  Le message implicite de Faure Gnassingbé  ». Su le sujet, Le Correcteur ironise, « Allocution du 27 avril de Faure Gnassingbé : tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute  ».

Echos du Pays, sur l’anniversaire du CAR écrit, « Le CAR, 26 ans de parcours, des performances en dégringolade ».

Togo Matin informe, « Une coopérative d’épargne pour améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants du Togo a été lancée mercredi à Lomé ».

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don