Parutions du jeudi 23 mars 2017

Qui dit « HCRRUN » dit désormais « réparations »

Les journaux parus jeudi à Lomé s’intéressent pour la plupart au programme de réparations des victimes de crises sociopolitiques connues par le Togo et prises en compte dans la mission du HCRRUN.

Dans le cadre de sa mission, le Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) démarre vendredi le processus de réparation. Echos du pays informe que l’institution dirigée par Awa Nana Daboya « a bénéficié de la part du gouvernement, d’une allocation de deux milliards de FCFA afin de commencer ce programme de réparation qui constitue la phase proprement dite du deuxième volet de son plan stratégique ».

Le journal précise que la nature de ces indemnisations reste symbolique. Information renchérie par Liberté. « Les togolais qui sont devenus orphelins suite au psychodrame de 2005 ne verront pas leurs parents ramenées à la vie. Les parents ne retrouveront pas non plus leurs enfants emportés par ces actes de barbarie perpétrés au nom d’un pouvoir enivrant. Les mutilés ne retrouveront pas l’usage des membres qu’ils ont perdus. Et comme toute réparation dans un processus de justice transitionnelle, celle-ci aura une valeur absolument symbolique », écrit Liberté. Mais le journal dénonce la lenteur dans le fonctionnement du HCRRUN et le fait qu’avant ce processus d’indemnisation, les auteurs d’actes répréhensibles n’eurent pas été punis. Car rappelle-t-il, « La garantie de non répétition des exactions reste le meilleur gage pour les populations ».

Vision d’Afrique pense que ce programme « va sans nul doute atténuer la controverse qui était sur le point d’attirer la foudre de la presse sur le HCRRUN ». Le journal semble soulagé car poursuit-il, « L’espoir est donc à l’ordre du jour pour tous ceux qui attendent des actes forts pour faire définitivement le deuil ». Il rappelle aussi l’aspect symbolique des indemnisations. « Les réparations peuvent être financières, matérielles ou encore par simple reconnaissance matérialisée par un trophée ou une décoration », lit-on.

La Nouvelle Tribune indique de son côté que pour cette première phase des réparations, seront pris en compte « les victimes des violences post-électorales d’avril 2005 estimées à 7000 ».

Peut-être que ce processus de réparations enclenché par le HCRRUN sera source de bonheur pour les Togolais. Pour le moment, ce bonheur semble inexistant puisque Golfe Info titre à sa page 3, « Togo cherche bonheur ». Le bihebdomadaire revient sur la publication du rapport mondial sur le bonheur, édition 6. Précarité, manque d’eau potable et d’électricité, faible taux de pénétration de la téléphonie mobile, très faible taux de pénétration de l’assurance maladie, autant de maux qui rendent, selon le journal, « la situation que vivent aujourd’hui les togolais tout sauf rose ».

La voie du bonheur, Le Changement semble l’avoir trouvée. Le journal publie une interview du président du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Yawovi Agboyibo, qui déclare, « Tant que les institutions ne seront pas composées à base de critères qui garantissent leur crédibilité, et obligent les tenants du pouvoir à faire preuve de retenue dans leur rapport avec les citoyens, notre pays continuera à être une pseudo-république inapte à faire le bonheur des Togolais ».

Autre sujet d’actualité, le stage des Eperviers en Egypte. Dans le nid des Eperviers, un coup de tonnerre frappe, selon Flambeau des démocrates. « Eperviers du Togo : fin de l’avènement des binationaux ? », s’interroge le journal qui ne comprend pas les défections de Serges Gakpé, Serges Akakpo, Matthieu Dossevi, Floyd Ayité et Péniel Mlapa.

Calliope Sport est on ne peut plus claire, « Eperviers du Togo : le diable dans la maison, exorciser la sélection et ramener la sérénité », écrit le bimensuel. Pour le journal, « il y a (dans le nid des Éperviers) un malaise bien profond qu’il urge de disséquer ». Calliope Sport semble d’avis avec Flambeau des démocrates en ce qui concerne les joueurs annoncés comme blessés et indisponibles pour le stage d’Egypte. « Floyd Ayité a disputé 80 minutes en championnat le week-end écoulé. Peniel Mlapa ne devrait pas rallier les Éperviers pour des raisons non encore élucidées », informe-t-il.

« Tout porte à croire que ces néo-retraités en ont en travers de la gorge mais ne veulent pas en dire davantage. Il urge que les autorités, du patron de la FTF au chef de l’Etat en passant par le ministère des sports prennent à bras le corps cette affaire », conclut le journal.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don