Immigration professionnelle au Togo

Que font-ils de nos soeurs au Liban, en Arabie saoudite, au Qatar et au Koweit ?

Des jeunes filles togolaises en migration professionnelle rencontrent beaucoup de difficultés et travaillent dans des conditions difficiles et inhumaines au Liban, en Arabie saoudite, au Qatar et au Koweit.

En juillet 2015, les ministères des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine et de la Sécurité et de la protection civile avaient sorti un communiqué qui fait état de cas de décès dans la communauté togolaise travaillant au Liban.

« Comment arriver à cerner l’immigration professionnelle au Togo ? », c’est à travers ce thème que Les membres du Comité technique de pilotage de cette stratégie vont échanger ce mardi à Lomé.

« Qu’est-ce que c’est que la migration, ses origines, ses défis, comment la cerner ? La migration est devenue aujourd’hui un problème complexe, notamment la migration clandestine avec nos sœurs qui vont au Liban et autres. Il faudrait que nous cernions cela et disposer des mécanismes pour les accompagner à aller vers des pays où l’accueil est favorable, où il n’y a pas ce que nous constatons aujourd’hui », a laissé entendre M. Apédo Batché, Directeur général de l’emploi.

La migration selon lui, est devenue aujourd’hui un problème complexe et les membres du comité doivent cerner la problématique de la migration professionnelle.

Initiée par le ministère en charge du travail, cette rencontre est financée par l’Union européenne et la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don