Crise au sein du CAR

Prise de pouvoir légale ou illégale ?

Absent du pays, Me Dodji Apévon a été démis de ses fonctions. Nador Awuku le supplante à la tête du Comité d’action pour le renouveau (CAR) pour un mandat intérimaire de deux mois.

C’est à Genève où il est parti à la 135ème Assemblée de l’Union internationale des parlementaires (UIP) que Me Dodji Apévon aura appris sa destitution. Le mandat de l’homme, arrivé à la tête du CAR en 2008, a pris fin le 17 octobre dernier. Ce qui a laissé pendant quelques jours le parti dans un vide statutaire. Une situation qui a amené le 22 octobre dernier à une assemblée générale ayant réuni les présidents et délégués des 36 fédérations du parti.

Ceux-ci ont décidé de démettre de ses fonctions Me Apevon ainsi que l’ensemble de son bureau. A leur place, un comité intérimaire de gestion qui aura deux mois pour organiser un congrès électif pour le parti. A la tête de ce comité temporaire, Awuku Nador. Il sera aidé dans sa mission par 18 membres du parti dont Jean Kissi en la qualité de secrétaire général par intérim.

La crise au sein du CAR semble connaitre ainsi une certaine accalmie. Mais mènera-t-elle au retour supposée de Me Yawovi Agboyibo à la tête de la formation politique ? A son retour au pays, Me Dodji Apévon entreprendra-t-il une action contre les nouveaux dirigeants ? Ira-t-il créer un autre parti politique comme il en a été le cas en 2010 au sein de l’Union des forces du changement (UFC) ? Wait and see.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don