Vote de la loi de fnances

Plus de 1.227 milliards CFA pour le budget 2017

1.227,4 milliards de francs CFA, c’est le budget que l’Etat togolais mettra en œuvre cette année 2017. Le projet de loi de finances afférent à ce budget a été voté par les députés à l’Assemblée nationale ce mardi au cours de leur séance plénière.

Le groupe parlementaire de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a voté contre ce budget qui a augmenté de 21,61% par rapport au budget de l’année 2016 et de plus de 5% par rapport à la loi de finances rectificatives de l’année en cours.

Dans ce budget, 46,8 % des dépenses sont orientées vers les secteurs sociaux notamment l’éducation, la santé, le développement socioéconomique de base et l’agriculture, l’eau et l’électrification rurale.

La séance a été dirigée par le président de l’Assemblée nationale, M. Dama Dramani, en présence de certains ministres du gouvernement dont le ministre Sani Yaya de l’Economie et des finances.

Selon le président de l’Assemblée nationale, M. Dama Dramani, il s’agit d’un budget salutaire. « Nous en sommes fiers de le mettre à la disposition du gouvernement pour le bien-être social du peuple togolais », a-t-il confié.

« Le budget 2017 s’équilibre en recettes et en dépenses à 1.227,4 milliards de francs CFA, soit 21% d’augmentation par rapport au budget de 2016. Le gouvernement fera recours aux Partenariats public-privé pour l’investissement dans les infrastructures routières, 46,8% du budget sera confié aux secteurs sociaux, le Programme d’urgence pour le développement communautaire (PUDC) sera l’investissement social rigoureux en 2017 selon les orientations du Président de la République », a-t-il laissé entendre.

L’Alliance Nationale pour le Changement de Jean Pierre Fabre souligne en outre que ce projet de loi de finances ne respecte aucune stratégie claire de développement et les règles de procédures prescrites par les lois togolaises et les directives communautaires.

« Il viole les engagement internes et externes du gouvernement en matière de bonne gouvernance, de saine gestion des finances publiques et d’allocations transparentes et optimales des ressources nationales », a indiqué Me Isabelle AMEGANVI, Présidente du groupe parlementaire ANC.

Les raisons pour lesquelles le groupe parlementaire ANC a choisi encore une fois de voter contre ce budget de l’Etat, sont nombreuses. Selon la présidente du groupe parlementaire, Me Isabelle Manavi Améganvi, le projet de budget de l’Etat, gestion 2017 n’est pas différent des budgets qui l’ont précédé depuis 2013.
« Il révèle lui aussi l’opacité dans la gestion des ressources de l’Etat par les institutions, les sociétés d’Etat et les départements ministériels et n’échappe pas lui non plus aux mêmes incohérences à savoir l’insincérité des prévisions, la mauvaise allocation des ressources et l’insoutenabilité de la dette. Ainsi, le mandat social promis par le chef de l’Etat reste et demeure ni plus ni moins qu’un leurre », a-t-elle déclaré.

Elle a par ailleurs relevé que les secteurs de l’éducation nationale, de la santé, de l’agriculture et de la justice sont les parents pauvres de ce budget, les besoins exprimés par les syndicats des enseignements primaire, secondaire et technique ne sont pas pris en charge.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don