Le mercredi de la presse

Pleins feux sur l’arrivée de Nana Addo Dankwa Akufo-Addo à Lomé

Les journaux parus en kiosque ce mercredi discutent des sujets pêle-mêle. Mais la visite du Président ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo hier au Togo l’emporte largement.

Le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo séjourne depuis hier au Togo, lance Togo Presse. « Au cours de cette visite, des séances de travail élargies aux délégations des deux pays se pencheront sur le renforcement des partenariats mis en œuvre dans le cadre de la grande commission mixte de coopération Ghana-Togo  », ajoute-t-il.

Forum de la Semaine d’écrire : « Vers un renforcement du partenariat économique entre les deux pays ». Selon le journal, les deux pays sont liés par la géographie et l’histoire mais surtout par l’amitié et la fraternité, et accordent une importance particulière à l’entretien de relations de bon voisinage et à la mise en œuvre d’une coopération bilatérale fructueuse.

D’avis avec ces prédécesseurs, La Voix du Peuple informe de son côté que le président ghanéen Nana Akufo-Addo effectue une visite de travail et d’amitié de 72 heures qui durera du 2 au 4 mai, une première visite au Togo du N01 ghanéen depuis son élection le 9 décembre 2016.

En rubrique politique, Courier de la République ironise : « UNIR, des airs d’une occasion peinturée, les rejetons des barons et le parti de Faure comme le ‘’diable et l’eau bénite’’ ». « Cette situation qui attriste peut amener à une réflexion qui doit naturellement inquiéter sur le devenir de UNIR. Quel rôle les rejetons des barons et autres cadres influents jouent au sein de cette formation ? », se demande-t-il.

A la Une de La Dépêche on peut lire : « A la commémoration de la fête du 1er mai, le ministre Gilbert Bawara rassure les agents de la Fonction publique ». Ici, le journal note : « Au ministère de la Fonction publique, répondant à l’allocution du Secrétaire général du Syndicat national des agents de la fonction publique, le ministre Bawara s’est voulu rassurant en promettant à ses interlocuteurs de se retrouver dans les jours à venir pour discuter de notre ministère et de nos missions ».

Les signes d’un inévitable redressement fiscal à CECO, informe Liberté tout en précisant qu’un agent de l’Office togolais des recettes (OTR) détaché à la société. « Des sources bien renseignées, un agent de l’OTR est détaché à CECO, peu après la vague de licenciements pour motif économique que la société a opérés. Constantin Amouzou et ses collabos ne sont donc pas au bout de leurs peines », fait savoir le journal. Il se questionne par la suite : « Toute la force de caractère qu’on connait au Président de ce groupe, sa hargne, son envie de se sortir du pétrin pourront-elles avoir raison du rouleau compresseur de ses ex-alliés ? ».

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don