Flash
19.09.2016 Sports/ Maracana : Les deux équipes nationales de Maracana (senior et vétéran) partent ce 19 septembre de Ouagadougou bredouille. Le Togo, confiant en début de compétition a perdu son trophée de champion au niveau des vétérans, au détriment de la Côte-d’ivoire qui s’offre un doublé étant championne au niveau des seniors. La CAN de Maracana s’est déroulée du 15 au 19 septembre au Burkina Faso.
12.09.2016 Sports : Les jeux paralympiques qui promeuvent les personnes souffrant d’un handicap se déroulent de ce 07 au 18 septembre à Rio. Ceci après les jeux olympiques. Le Togo y sera représenté par Bawa Ali en haltérophilie. 116 pays prendront part à cette compétition. Les Russes éliminés d’emblée pour dopage organiseront en parallèle ces jeux dans leur pays.
31.08.2016 Fait divers : Un véhicule a pris feu, ce 26 août, devant le commissariat de police du 9ème arrondissement non loin du quartier Adidogomé. Les circonstances de cette incendie restent encore floues. Aucune perte humaine n’est à signalée.
31.08.2016 Finances : 48 milliards de FCFA, c’est le montant du chiffre d’affaires des compagnies d’assurance en 2015 au Togo, selon Financial Afrik. La contribution fiscale du secteur serait chiffré à plus d’un milliard.
24.08.2016 Bons résultats économiques : Deux ans après sa création, l’Office Togolais des Recettes (OTR) affiche des résultats positifs. Selon les responsables de l’institution, les recettes fiscales ont accru au cours de leur gestion. Entre 2014 et 2015, les recouvrements ont augmenté, atteignant une estimation de plus de 12%. Depuis janvier 2016, les recettes sont également en hausse de plus de 32% en comparaison aux années précédentes.
11.08.2016 JO : Clarisse Agbenyenou, togolaise d’origine, a offert une médaille d’argent à la France pour le compte des Jeux Olympiques de Rio. Ceci suite à sa finale perdue en judo (catégorie des moins de 63 kg) face à une Slovène.
11.08.2016 Football féminin : La deuxième édition du tournoi dénommé Trophée CECAM est lancée. Ce deuxième acte, contrairement au premier, se jouera à Lomé et à Sokodé et sera donc répartie en deux zones. Une super coupe se jouera entre les finalistes des deux pôles. La compétition démarre le 21 août dans la zone sud et le 27 août dans le nord.
Rails de Soviépé

Les rails de plus en plus engloutis ou déplantés

Occupation anarchique des voies ferroviaires

Naguère principal réseau de transport des personnes et des biens à moindre coût, le chemin de fer ne résiste plus à l’usure du temps. La plupart des lignes datant de l’époque coloniale tombent l’une après l’autre sous le poids de l’âge. Principale cause : l’entretien des engins et rails n’est plus au rendez-vous. Et les trains et les lignes sont frappés de vétusté.

L’annonce a été faite par les autorités pour la réhabilitation du chemin de fer, mais à ce jour la mayonnaise n’a pas encore pris. Le projet est toujours à l’étape scripturale. La nature ayant horreur du vide, le transport routier ravit la vedette et garde toujours l’ascendance.

Jadis fréquent sur l’axe Lomé-Blitta, Lomé-Aného, le passage du train se raréfie au fil du temps à tel point qu’aujourd’hui, cela pourrait faire l’objet de tourisme lorsqu’on se déplace vers les zones minières où le réseau ferroviaire est loin de baisser l’échine grâce aux exploitations minières. En effet, les phosphates de Kpomé et de Hahotoé sont acheminés vers l’usine de Kpémé par voie ferroviaire.

Dernièrement, la ligne longeant le marché d’Abové, située entre le boulevard de la Kara et la route d’Atikoumé a été purement et simplement déplantée et coupée en morceaux. Certaines sources indiquent que c’est une opération visant à renouveler lesdites infrastructures. Mais le temps passe. Face à cette situation, la population riveraine se contente de tirer le maximum de profit. Pour preuve, au loin, vers Soviépé, ce sont les centres vidéos et de jeux en guise de cinéma, les bars, les ateliers de mécanique et autres qui sont installés presque sur les rails. Interrogés, les occupants se prononcent.

« Nous sommes à un moment où le train a cessé ses activités. C’est pourquoi nous avons eu le courage de nous installer ici. En attendant une reprise éventuelle des activités du réseau ferroviaire, nous continuons nos business », a déclaré un tenancier de bar.

Presque tous les occupants tiennent des propos similaires. « Pour le moment, je m’installe pour faire mes activités. Si un jour, on me demande de déguerpir, je le ferai parce que je suis conscient que c’est un lieu qui appartient à l’Etat », telle est l’intervention d’un mécanicien qui est aussi installé dans la zone.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur