Mercredi 11 mai 2016

Nicolas Berlanga-Martinez à travers la presse togolaise

Les journaux parus en kiosque ce mercredi évoque la commémoration de la journée de l’Europe au Togo. A cette occasion, l’Ambassadeur Nicolas Berlanga-Martinez a prononcé un discours sur l’état des relations entre l’Ue et le Togo. Il s’est intéressé également à l’actualité socio-économique et politique de notre pays. Ces mots ont été décortiqués par la presse qui en fait son chou gras, même si chacun des organes va dans le sens qui lui convient, selon qu’il soit de la droite ou de la gauche.

« Journée de l’UE à Lomé, l’Ambassadeur Nicolas Berlanga-Martinez fustige l’hypocrisie qui caractérise le processus de décentralisation et salue la lettre pastorale des Évêques du Togo », écrit La Dépêche.
Selon l’Hebdomadaire, « Nicolas Berlanga-Martinez met l’accent sur la discussion sur la décentralisation qui s’est implantée ces derniers mois où la volonté politique semble plus raffermie que jamais à transformer la réflexion en action. »

Forum de la semaine reste également sur la question et fait savoir que Nicolas Berlanga-Martinez conseille l’abondance de la « méfiance » et de « l’aveuglement intellectuel » aux acteurs.
« Nous nous réjouissons de ces pas en avant et nous encourageons tous les acteurs, les moteurs d’avenir, à contribuer chacun dans son rôle à cette discussion dans un esprit où l’intérêt national prime sur la méfiance, et en évitant l’aveuglement intellectuel consistant à penser que quelqu’un est le seul dépositaire de la raison », c’est l’invitation faite par le Chef de la délégation de l’UE aux acteurs togolais.

Togo-Presse allant dans la même lignée que ses prédécesseurs met en exergue la réception qui a ouvert la célébration de la journée de l’Europe commémorée au Togo.

Dans la rubrique politique, Liberté s’intéresse à la marche du CAP 2015 pour les réformes quand il titre ; « enjeu, contexte, portée…test grandeur nature pour l’opposition et le peuple togolais ».
« Motivation, exiger la mise en œuvre des sempiternelles réformes constitutionnelles et institutionnelles que refusent de matérialiser Faure Gnassingbé et le pouvoir RPT/UNIR depuis dix ans. La mayonnaise va-t-elle prendre ? L’opposition dans son ensemble et les Togolais vont-ils se sentir concernés ? Est-ce le début du réchauffement de la scène politique ?...Enjeu, portée de cette manifestation, à l’aune de la sortie courageuse des évêques du Togo  », se demande-t-il.

Parlant de décentralisation et d’élections locales, Le Messager titre : « Encore des divergences de points de vue au sein de l’opposition  ».
« Le point de vue de Gerry Taama n’est pas du tout partagé par OBUTS d’Agbéyomé Kodjo, ADDI de Tchabouré Gogué et l’ANC de Jean-Pierre Fabre. Concernant le parti OBUTS, l’on apprend qu’il donnera plus d’éclaircissement sur sa position le samedi prochain devant la presse convoqué à cet effet  », déclare le journal.

Le Dialogue quant à lui, écrit : « Fabre expose sa mauvaise foi ».
« On comprend aujourd’hui, au regard de ce qui précède que, Fabre met l’intérêt personnel au-dessus de l’intérêt général, lui qui aspire à diriger le pays  », ironise l’Hebdomadaire qui se demande par la suite « Fabre ne joue-t-il pas au double jeu dans le giron politique ? ».

Rebondissement dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara, Forum de la semaine parle de l’annulation des inculpations de Me Zeus Ajavon et de certains leaders du défunt CST (Collectif sauvons le Togo) inculpés dans le cadre de cette affaire.
Une annulation pas du tout bien vue par le quotidien privé.

« Drame dans le village de Nimanya dans les Lacs, une exploitation illicite de sable marin en toute quiétude », titre Tingo Tingo en rubrique société.
« Tout ce drame se passe alors que personne n’est en mesure de le dire dans le village. Le Chef du village est même absent mais d’après les habitants et les riverains, il est bel et bien au courant de la situation. Mais il garde le silence en faisant semblant de ne pas voir et prendre conscience du drame qui se joue à longueur de journées dans son village », déplore le journal.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don