Mgr Philippe Kpodzro, archevêque émérite de Lomé

Débat sur l’hymne national du Togo

Mgr Kpodzro et « La terre de nos aïeux »

C’était au cours de la messe de ses 40 ans d’épiscopat que l’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Kpodzro, a fait la proposition de changer des phrases de notre hymne national « La terre de nos aïeux ».

Le connaissant, le prélat savait pertinemment qu’il lançait là un grand débat qui fera tâche d’huile. Tout le monde sait comment cet hymne national est revenu lors de la conférence nationale après qu’il ait été changé par l’hymne du parti unique. Et évidemment, des voix vont s’élever pour réfuter cette proposition même si d’autres vont le cautionner.

Mgr Philippe Kpodzro demande que la phrase « vainquons ou mourrons mais dans la dignité » soit remplacé par « vainquons et vivons dans la dignité ». Pour lui, cette phrase fait référence à la lutte pour les indépendances et ne peut plus être d’actualités de nos jours. En somme, cette phrase a une connotation de cri de guerre pour ceux qui sont au front pour susciter en eux la rage de vaincre quitte à mourir au combat.

Mgr Philippe Kpodzro donne une dimension spirituelle à notre hymne national. En son temps, explique l’ancien président du Haut conseil de la République, HCR, « …on luttait contre le colonisateur et beaucoup de Togolais ont versé de leur sang pour cette lutte. » Du coup, en gardant cette phrase intacte, tout porte à croire qu’on appelle toujours le sang des Togolais à verser sur la terre de nos aïeux. A en croire donc le prélat, les situations de crise engendrant des pertes en vies humaines entre Togolais depuis des années doivent trouver leurs explications dans notre hymne. D’autant qu’il interjette qu’« aucune goutte de sang togolais ne doit plus tomber sur notre terre. » Ceci étant, nous devons « vivre dans la dignité ».

Pour l’heure, il n’y a pas encore de réactions officielles des acteurs politiques face à cette proposition, mais quelques réflexions de citoyens.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don