Le Col Latta devant la presse

Mensonge : la nouvelle aérogare de Lomé n’a jamais été inondée

« Il n’y a pas eu d’inondation samedi dernier à la nouvelle aérogare de l’aéroport internationale Gnassingbé Eyadéma de Lomé à la suite d’une pluie », a démenti le Colonel Dokissime Gnama Latta, Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) mercredi à Lomé, les informations ayant circulé sur les réseaux sociaux et parues dans les journaux faisant état de ce que les nouvelles installations de l’Aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé n’étaient pas aux normes internationales.

C’est suite à des rumeurs relayées par le journal l’Alternative paru mardi que plusieurs témoignages ont fait état d’une scène d’inondation à l’entrée de la rampe qui mène au départ samedi dernier mais le Colonel a démontré le contraire aux journalistes et les a fait visiter dans les compatriotes de ladite aérogare.

« Depuis l’ouverture de cette aérogare, les performances sont très bonnes. Après son inauguration le 26 avril 2016 par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, il n’y a pas eu un seul retard, ni une seule annulation de vol », a-t-il affirmé.

Les activités selon lui, ont continué à l’aérogare de Lomé même en temps de pluie ceci sans aucune interruption et il n’y a jamais eu de stagnation d’eau à quel que endroit que ce soit de l’aérogare.

« C’est un bâtiment sur trois niveaux. Pour le réaliser, nous avons exigé qu’il y ait des contrôles afin que l’œuvre qui en sortira réponde aux 19 annexes de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). L’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) et la Société africaine de contrôle, conseil et coordination (SOCOTEC) étaient chargées du respect des normes. En plus, un comité de suivi, un comité de pilotage, un maître d’ouvrage et un maître d’ouvrage délégué ont accompagné à chaque étape sa réalisation pour être sûrs que le chronogramme suivra les indicateurs de performance », a-t-il rappelé.

Chaque semaine, a-t-il ajouté, quatre (4) vols partent de cette aérogare à destination des Etats-Unis, trois (3) autres sont signalés par semaine au départ pour le Brésil et sept (7) vols à raison d’un par jour de Brussels Airlines sans compter les autres destinations desservies par Asky et les autres compagnies aériennes. Selon le Directeur de l’ANAC, une audition récente fait du Togo, le premier pays en Afrique avec un taux de 85,77% d’actions positives.

« Aujourd’hui, les avions quittent directement le Togo pour les Etats-Unis. De trois (3) vols par semaine au début, aujourd’hui nous en sommes à 4 par semaine, ce n’est pas un cadeau si on connaît les Etats-Unis. Cette aérogare qui fait partie de la politique des grands travaux, est une œuvre qui fait la fierté du Togo », s’est-il réjoui.

S’expliquant sur la question, le Directeur général de la Société aéroportuaire Lomé Tokoin (SALT), Kanka-Malik Natchaba, a tenu à rassurer l’opinion sur la garantie de la continuité des infrastructures, « quelles que soient les conditions météorologiques ».

La nouvelle aérogare de Lomé est construite sur une superficie de 21.000 m² avec des équipements les plus modernes.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don