Déploiement des militaires togolais pour les missions de Paix

Me Tchassona Traoré y trouve des « manquements »

Depuis dimanche dernier où la mort de cinq (5) militaires togolais, casques bleus au sein de la Mission de stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), a été annoncée, les réactions ne cessent de tomber. Sur les réseaux sociaux, on reproche même aux partis politiques togolais de ne pas réagir à cette situation.

Le premier parti politique de l’opposition togolaise à briser le silence est le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD).

«  La participation du Togo à des missions de paix, est chose louable, mais les conditions dans lesquelles celles-ci sont organisées et conduites suscitent beaucoup d’interrogations. Aucune règle de transparence n’est observée dans la gestion de ces missions qui, pourtant, engage la vie des Togolais. N’eut été ce malheureux événement, aucun togolais n’a connaissance du nombre des militaires togolais, les conditions dans lesquelles ils opèrent et les dispositifs matériels pouvant garantir leur sécurité sur les champs des théâtres d’opération  ». Voilà ce que dit cette formation politique présidée par Me Mouhamed Tchassona Traoré à travers un communiqué dont copie a été faite à pa-lunion.com.

Pour Me Tchassona, il s’agit là de « manquements » qui doivent être corrigés à travers des dispositions légales « clairement établies ».

Le MCD suggère qu’avant tout déploiement des militaires à ces missions, qu’une approbation des députés à l’Assemblée nationale soit acquise, à travers un vote.
« Que les conditions d’engagement de nos militaires sous la bannière de l’ONU soit débattues à l’Assemblée Nationale. Que des dispositions idoines soient prises en vue d’une bonne et durable prise en charge des veuves et orphelins de nos militaires qui malheureusement viendraient à trouver la mort au cours de ces opérations  », indique le communiqué.

Le parti propose par ailleurs que le statut des pupilles de l’Etat soit étendu aux orphelins de ses vaillants militaires qui tombent sur le champ d’honneur. Ce sera, selon le notaire de profession, la garantie de bonnes conditions d’établissement, d’encadrement, d’éducation et d’insertion sociale dans la vie.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don