Revue de presse du mardi 29 novembre 2016

Me Apévon et son nouveau parti, « recréer l’espoir »

La création du nouveau parti de Me Dodji Apévon, est le sujet qui fait le buzz dans les journaux parus en kiosque ce mardi avec quelques sujets en page nationale.

Les Forces démocratiques pour le République (FDR), le nouveau parti de Me Dodji Apévon porté sur les fonds baptismaux, annonce Actu express. Tout en précisant que l’éventail politique togolais vient de s’élargir avec un nouveau parti politique, le 110ème au compteur.

Togomatin va dans le même sens que son prédécesseur et titre : « Les FDR, un nouveau-né pour conquérir le pouvoir ».

« Le parti violet est un groupement politique qui défend le caractère indivisible, laïc, démocratique et social de la République Togolaise. Ses missions en quatre points sont d’abord de contribuer à l’effectivité de la bonne gouvernance et ensuite œuvrer pour le développement intégral du Togo et au bien-être des populations », informe le journal.

Dans la même lignée, L’Indépendant express montre qu’à travers la création de ce parti, Dodji Apévon remporte la partie et défie Yawovi Agboyibo.

« Paul Dodji Apévon vient donner de laisser le Comité d’action pour le renouveau (CAR) à son indéboulonnable géniteur : Yawovi Agboyibo qui n’a jamais lâché prise pour se maintenir à la tête du partie. C’est après une guéguerre sans merci livrée par le bélier noir, présentée par des militants comme honteuse et vue par les togolais comme inopportune que l’ancien disciple du Bélier de Kouvé a quitté la barque », ajoute-t-il.

Se prononçant sur la question de la création du nouveau parti de Me Dodji Apévon, Le Fondement juridique s’interroge : « Le FDR désormais compte dans le panier à ‘’Crabes politique’’ : l’opposition embourbée dans l’auto-morcellement, UNIR imperturbable gagne du terrain. Est-ce la quête de l’intérêt général qui divise les amis ? ».

« Cette question a toute sa raison d’être si l’on considère que l’histoire vient de se reproduire. En effet, en 2010, le parti Union des forces de changement (UFC) a connu le même sort. Une crise q violement secoué le parti au point que certains des membres de l’opposition, notamment entre l’UFC et l’ANC. Cette nouvelle rupture entre les deux (2) premiers leaders du CAR, va certainement encore offrir de quoi occuper les partis de l’opposition dans leurs guerres internes, au moment où le parti au pouvoir tentera de préparer sérieusement les élections législatives de 2018 et évebtuellement les élections locales », note-t-il.

Autre sujet en page politique, hésitation des autorités et intimidation des enseignants, Forum de la semaine évoque la question de quatre syndicats des enseignants qui lancent une nouvelle grève de mécontentement de 48heures.

« Un avertissement des signataires de la lettre au nom de leurs collègues de la coordination des syndicats des travailleurs du Togo, Assih Abalo-Essé (pour l’enseignement général) et Atsou Atcha Y.I (pour l’enseignement technique), cette « grève de mécontentement de deux (2) jours pour les jeudi 01, vendredi 02 décembre 2016 est reconductible si aucune solution n’est trouvée et les cours de la période de grève seront considérées comme faits », lit-on.

Ces grèves selon le quotidien Liberté, visent à obtenir l’ouverture de discussions avec le gouvernement qui affiche son indifférence vis-à-vis des revendications des enseignants.

En rubrique santé, L’Alternative aborde le sujet d’une enquête d’une ONG internationale qui est au cœur de l’industrie d’importation des poulets de la mort au Togo.

« ‘’Ils étaient ma vie’’. Kudjo livrait 30.000 poulets chaque année aux restaurants, hôtels et marchés de Lomé, la capitale du Togo (pays d’Afrique de l’Ouest). Avec 25 employés, sa petite entreprise avait un chiffre d’affaires annuel équivalent à 150.000 euros. Une lueur d’espoir pour le pays en développement désespérément pauvre puis les importations de poulets congelés inondèrent le marché, originaire de l’Union européenne, des Etats-Unis et du Brésil. 12.000 tonnes, les pays industrialisés exportèrent en 2013 vers le Togo avec à peine six (6) millions d’habitants », montre-t-il.

En économie, L’Union pour la patrie, fait savoir que la session ordinaire du CCEM à Lomé, face à l’insécurité dans la CEDEAO, les armées de la sous-région face à leur responsabilité à travers d’importantes résolutions pour assurer la stabilité dans l’espace.

« En gros, la 36ème réunion du CCEM a tourné logiquement autour de la paix dans la sous-région et par ricochet sur l’ensemble du continent. Et c’est de ça qu’il s’était agi : sécuriser la sous-région pour promouvoir la paix et le développement », ajoute-t-il.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don