Revue de presse du mardi 25 octobre 2016

Manuel Valls à Lomé pour renforcer la coopération France-Togo

La visite du Premier ministre français, Manuel Valls à Lomé en fin de cette semaine attire l’attention des journaux parus en kiosque ce mardi.

« Le Premier ministre français, Manuel Valls attendu à Lomé le 28 octobre », lance Forum de la semaine qui ajoute que les relations entre Lomé et Paris se raffermissent davantage. En témoigne la prochaine visite du Chef du gouvernement français à Lomé, le vendredi prochain.
Occasion pour les autorités françaises et togolaises, poursuit-t-il, « de passer au crible les questions relatives au renforcement de la coopération politique, économique, culturelle, scientifique, environnementale et sécuritaire ».

« Manuel Valls attendu à Lomé : pourquoi cet intérêt pour le Togo ? », se demande Togomatin.
Le Bi-hebdomadaire cite le communiqué de la présidence de la République qui souligne que le Premier ministre français sera accompagné par des membres de son gouvernement, de son cabinet, des chefs d’entreprises et des médias français.
«  Cette visite devra renforcer les liens d’amitié et de coopération entre les deux (2) pays. Il visitera par ailleurs des projets initiés par la France au Togo », conclut-il.

« C’est la première fois qu’un chef du gouvernement français foule le sol togolais depuis 27 ans. C’est donc l’expression d’une marque de confiance aux efforts de gouvernance politique et de relance économique entrepris ces dernières années dans notre pays grâce à la vision du président, Faure Gnassingbé », renchérit Togo Presse.

La situation qui prévaut au CAR avec le retour probable de Yawovi Agboyibo est le second sujet qui attire l’attention dans les colonnes des journaux.
Actu Expess écrit : « Awokou Nador en mission commandée pour le retour du gourou, Yawovi Agboyibo ».
«  Réunis le samedi dernier à l’hôtel MUGET, des présidents fédéraux et délégués des différentes fédérations du CAR acquis à la cause de Yawovi Agboyibo, ont porté Awuku Nador à la tête de leur formation politique avec une feuille de route en deux (2) points : l’organisation dans un délai maximal de 60 jours d’un congrès extraordinaire en vue du renouvellement des membres des organes nationaux tombés dans le vide statutaire. La mise en place d’un comité ad hoc pour organiser le congrès extraordinaire et assurer que la représentation ainsi que la gestion courantes du parti jusqu’à l’élection de nouveaux membres des organes nationaux », relate-t-il.

Dans la droite ligne de son précédent confrère, Liberté titre : «  Yawovi Agboyibo et ses missi dominici portent l’estocade finale ».

L’Indépendant Express parle d’une affaire de corruption à l’Office togolais des recettes (OTR) : « un chef d’entreprise corrompt quatre (4) agents de l’OTR) avec 35 millions de FCFA pour échapper au redressement fiscal. L’entreprise en question, pour fuir les fiscs, délocalise de plus en plus son argent vers le Bénin et d’autres pays dans la sous-région. Mais ce qui est évident, il possède des comptes dans toutes les 14 banques existant au Togo d’après nos investigations ».

Même son de cloche dans les colonnes du journal Le Medium qui parle plutôt de la Direction de la nationalité. L’hebdo dénonce la corruption et la lourdeur administrative à dessin.
« Des citoyens abusés par certains agents. Ils sont nombreux ces fonctionnaires de l’Etat togolais qui au lieu d’accomplir leur mission ou de faire comme cela se doit leur job, se comportent plutôt en déstabilisateurs de tous les efforts de leurs supérieurs et des autorités en vue de rendre l’Administration publique plus proche et au service des populations. Ils sont donc légions, hommes et femmes, toute honte bue, qui à longueur de journée s‘évertuent à assombrir l’horizon d’un meilleur fonctionnement de l’Administration togolaise en général mais surtout de la Direction de la nationalité », précise le journal.

Investissement dans la construction de Lomé Container Terminal, Liberté informe que la société financière internationale et LCT sont épinglés dans un rapport d’enquête.
« Dans ce rapport, le Compliance advisor ombudsman (CAO) a relevé un certain nombre de non-conformités dans les processus d’instruction et de supervision du projet LCT par la SFI, particulièrement en ce qui concerne l’identification et la gestion des risques et impacts potentiels du projet sur l’érosion côtière, et l’implication des parties prenantes autour de ces problématiques  », note-t-il.

« Des documents qui mettent à nu Gnofam et Latta ». C’est à travers ce titre que L’Alternative pointe du doigt « des équipements douteux, des acquis au marché noir » pour construire la nouvelle aérogare qui, selon le journal, n’est pas à l’abri de risques et menaces.
« Scandaleux parce que la bande à Gnama Latta, et certainement Ninsao Gnofam, malgré les 115 milliards de francs CFA, s’est arrangée pour acheter du matériel défectueux au marché noir dont certains ont été démontés, le repeindre en prenant soin de le renommer au nom d’une société qui ne l’a jamais vendu au Togo. Un faux et usage de faux qui pourrait coûter sa crédibilité à l’aéroport de Lomé », dénonce le journal.

Sport et CAN Gabon 2017, L’Equipe fait savoir que c’est « l’heure de la vérité ».
« Le tirage au sort du 19 octobre et la perspective des matches qui attendent les Eperviers à partir du 16 janvier 2017 font justement obligation à ceux qui ont aujourd’hui la gestion directe de l’équipe d’ouvrir l’œil et de se pencher très rapidement sur les lacunes de l’équipe », ajoute-t-il.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don