Prérogatives de l’Agence de Solidarité Nationale

M. Richard D. TINDJO : « L’Agence de Solidarité Nationale est créée pour réduire les inégalités sociales. »

La rentrée scolaire 2015-2016 a été effective dans les établissements des 1er, 2ème et 3ème degrés du Togo depuis le 28 septembre. Et malgré la gratuité du 1er degré, force est de constater que beaucoup de parents, faute de pourvoir aux plus simples besoins de leurs enfants, au risque de les retrouver dans la rue, livrés à des travaux dégradants, au pis, être à la merci des escrocs et autres bandits et criminels, font recours à des associations caritatives et à l’Etat.
S’il est difficile voire impossible de circonscrire tous les cas de vulnérabilité infantile et sociale, il faut reconnaitre que l’Etat aussi a prévu des solutions pour aider un tant soit peu ses enfants.
L’UNION s’est transportée dans l’une de ces structures de l’Etat, l’Agence de solidarité nationale (ASN) où M. TINDJO Djagri Richard, Sociologue, spécialiste des questions de développement et du changement social, actuellement, Chef division, chargé de la prospection, de la mobilisation des ressources et du suivi des œuvres de solidarité à l’Agence de Solidarité Nationale, a livré les tréfonds de l’ASN.

 Voudriez-vous nous présenter l’Agence de solidarité nationale (ASN) ?
M. Richard D. TINDJO  : L’Agence de Solidarité Nationale a été créée par décret n°92-031/PMRT du 05 Février 1992 et entérinée par l’arrêté 12/92/MBES du 1er septembre 1992. Elle est un Etablissement Public Administratif à caractère social doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière et administrative. Elle était placée sous la tutelle du ministère du bien-être social et de la solidarité nationale actuellement ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation. Elle présentement dirigée par Mme Ali Bossa

D’aucuns estiment que c’est une agence de trop et que les vrais bénéficiaires sont ailleurs. Une accusation « présumée » qui peut avoir tout son sens du moment où l’on retrouve toujours dans les milieux défavorisés de notre pays des enfants déscolarisés à cause du manque de moyens. Sinon, vos actions souffrent-elles également de déficit de communication ?
Sachez que la question de protection sociale n’est pas que l’affaire des institutions publiques, elle concerne aussi les institutions traditionnelles comme la famille, les réseaux sociaux, etc. Personne ne peut nier l’existence de l’exclusion sociale dans une société, elle contribue aussi à la dynamique sociale. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont poussé les autorités à créer l’Agence de Solidarité Nationale pour réduire ces inégalités sociales.
L’ASN n’est pas une association ou ONG, ni une agence de trop comme le prétendent certaines personnes. Elle est une institution de l’Etat créée depuis les années 1992, c’est-à-dire après la conférence nationale souveraine, pour gérer les questions de solidarité nationale.
De par sa mission, elle constitue un mécanisme de solidarité nationale qui vient soutenir les couches sociales vulnérables du pays à avoir un minimum de ressources vitales pour gérer les difficultés liées à l’accès aux services sociaux de bases.
L’Agence de Solidarité Nationale, est en quelque sorte la branche opérationnelle du ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation qui œuvre dans le domaine de l’assistanat aux couches sociales vulnérables.

Déficit de communication ? Peut-être. Sachez que la communication coûte aujourd’hui chère et pour une agence à caractère sociale, même si étatique, on ne fait que ce que nous pouvons. L’UNION nous a souvent suivi dans nos activités et profitons pour vous remercier. Disons aussi que nos actions sont toujours médiatisées puisque les professionnels des médias sont souvent invités, et le défis majeur que chacun doit pouvoir relever en matière de communication, c’est le partage de l’information juste aux populations afin que celles-ci soient au parfum des activités des institutions publiques que l’Etat a mis en place pour leur bien-être.

Concrètement, quelles sont les attributions ou missions de l’ASN ?
L’Agence de Solidarité Nationale a pour mission de :
- Faire naître et développer chez les personnes de différentes couches sociales le sens de solidarité sur le plan familial, national et international ;
- Sensibiliser la population en vue de son auto promotion en matière de solidarité dans le domaine de la santé, de l’habitat, de l’emploi, de l’éducation ;
- Prendre en charge les personnes vulnérables notamment les orphelins, les personnes handicapées, les veuves, les personnes âgées, les laissés pour compte, les inadaptés sociaux sans ressources etc. ;
- Porter assistance à toute personne en détresse dans le besoin sans distinction sociale, ethnique, raciale et religieuse ;
- Aider à la formation des jeunes sans emploi en collaboration avec les ministères concernés ;
- Créer et développer les fonctions d’assistance en cas de risques et de calamités ;
- Réduire l’écart entre les couches socio-économiques par une redistribution plus équitable des ressources nationales en vue de l’instauration d’une justice sociale ;
- Promouvoir les diverses formes de solidarité existantes et naissantes ;
- Soutenir dans un esprit de solidarité les organisations humanitaires qui se penchent sur les questions ayant trait à la promotion des diverses formes de solidarité ;
- Coopérer avec toutes institutions qui optent pour la promotion et la législation sociale de la prévoyance, des droits de l’enfance et des libertés individuelles…
Ce qui fait que nos interventions se résument en deux points essentiels : le transfert en nature (le transfert en kits scolaires et le transfert alimentaire et autres produits consommables) et le transfert en espèces (Ce transfert est fait en direction des couches sociales vulnérables très démunies qui sont dans l’incapacité de payer soit les soins de santé, soit les frais de logement, soit les frais d’inscription scolaire de leurs enfants. Ce transfert est également fait à ces derniers dans le cadre des activités génératrices de revenus afin de les aider à sortir de leur situation de précarité. Mais tout ceci dépend des ressources disponibles).
Dans le cas de transfert alimentaire et autres produits consommables, l’Agence de Solidarité Nationale apporte de manière ponctuelle cette assistance aux ménages démunis et ceux touchés par les catastrophes. Cette activité couvre toute l’année selon les risques sociaux auxquels ces ménages sont confrontés.
Par ailleurs, dans le souci de contribuer à la réduction des barrières sociales stigmatisantes dont certains enfants sont victimes, ce transfert est également fait aux ménages démunis, aux orphelinats et autres centres d’accueil des enfants en période des fêtes de fin d’année.

L’ASN dispose-t-elle de moyens et ressources pour jouer effectivement son rôle, face à toutes ces missions ?
Bien sûr que les moyens ne suffisent pas et ne suffiront, peut-être, jamais. Sachez tout de même que l’Agence de Solidarité Nationale dispose pour l’exécution de ses activités de trois types de ressources notamment les ressources humaines, financières et matérielles.
Ressources humaines : L’Agence s’appuie sur les ressources humaines du niveau central (Lomé) et sur le personnel du niveau régional, préfectoral et des centres sociaux pour mener à bien ses activités.
Ressources financières : L’Agence fonctionne à partir de deux types de ressources financières. Il s’agit d’une subvention publique et des dons ou fonds spéciaux.
La subvention publique accordée chaque année à l’ASN pour l’atteinte de ses objectifs est de soixante millions de francs (60 000 000) FCFA.
Les moyens additionnels (financiers ou matériels) relèvent des fonds spéciaux du ministère de l’économie et des finances et des dons de quelques bonnes volontés dont les ressources varient selon les événements tels que la survenue des inondations, tornades, incendies etc.
Ressources matérielles : Les ressources matérielles se résument aux patrimoines dont dispose l’Agence de Solidarité Nationale pour ses interventions.
En ce qui concerne la mobilisation des ressources (matérielles et financières), il convient de souligner qu’en dehors de la subvention allouée à l’Agence de Solidarité Nationale, des lettres de demandes d’appui sont adressées aux partenaires pour solliciter leur contribution pour la réalisation de cette activité d’envergure nationale.
Des communications médiatiques se font pour attirer l’attention des populations sur le bien fondé de l’action de solidarité, gage de cohésion sociale et de développement. Ces communications médiatiques permettent aussi de mobiliser quelques bonnes volontés pour des actions de solidarité en vue de l’atteinte de notre objectif.
D’autres stratégies sont également développées pour mobiliser les ressources en vue de réaliser les activités d’assistance aux couches sociales vulnérables et démunies.

Qui peut être bénéficiaire de l’ASN ? Comment les identifiez-vous ?
L’ASN mène beaucoup d’activités sur le terrain notamment l’assistance aux personnes victimes de catastrophes, l’appui en fournitures scolaires aux enfants issus de familles démunies et aux structures d’accueil des enfants vulnérables dans le cadre de la rentrée scolaire, la distribution des cadeaux de noël aux enfants démunis à travers tout le pays, la sensibilisation des communautés sur les thématiques liées à la solidarité nationale et bien d’autres actions.
L’assistance sociale est plus destinée à des groupes cibles les plus vulnérables et aux personnes morales.
Par rapport aux groupes spécifiques les plus vulnérables, on note : les enfants, les femmes, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap, les victimes de catastrophes naturelles et/ou anthropiques.
S’agissant des personnes morales, nous pouvons citer les organisations œuvrant dans le domaine de la protection des couches sociales vulnérables et/ou démunies comme les ONG, les Orphelinats, les associations (légalement constituées) etc. Mais toute action d’appui est précédée d’une enquête sociale pour s’assurer du degré de vulnérabilité et d’indigence de la personne qui sollicite l’aide.
En ce qui concerne les critères de choix (éligibilité), l’Agence de Solidarité Nationale se fonde sur des indicateurs pour accorder une assistance sociale aux groupes spécifiques les plus vulnérables. L’identification des bénéficiaires se fait à partir des structures à la base notamment les centres sociaux en collaboration avec les organisations communautaires (CVD, CDQ, association, etc.). Parmi les indicateurs qui permettent leurs identifications, nous pouvons noter essentiellement les conditions socio économiques, les conditions socio démographiques. Par exemple :
- Etre sans activité génératrice de revenu ou d’emploi, victime de discrimination de toutes sortes, sans enfants ou avec une grande charge familiale ;
- Etre victime d’une catastrophe naturelle et/ou anthropiques ;
- Etre abandonné par son conjoint/conjointe, vivre avec une charge familiale et être dans une situation économique instable ;
- Etre orphelins/enfants issus de ménages très pauvres ;
- Etre une personne âgée dépourvue de soutien familial ;
- Etre une personne âgée sans revenu, avec une grande charge familiale ;
- Vivre avec un handicap, souffrir d’une maladie, ne pas avoir d’emploi stable et mener une vie de dépendance ;
- Vivre dans un environnement social précaire, ne pas avoir la possibilité d’accéder aux services sociaux de base (éducation, électricité, santé, habitat, assainissement etc.) ;
- Avoir des difficultés pour s’alimenter, se soigner et prendre en charge la scolarité des enfants.
Rappelons aussi qu’avant toute chose, il faut d’abord que nous sachions la nature de l’aide sollicitée avant de savoir si cela est du ressort de l’Agence de Solidarité Nationale ou non. A partir du moment où la nature de l’aide sollicitée est connue et qu’elle s’inscrit dans notre domaine de compétence, nous verrons s’il s’agit d’une aide préalable (SOS en cas de secours d’urgence), d’une aide ponctuelle ou d’une aide soutenue pour les cas de vulnérabilité critique. Mais attention ! L’aide n’est pas conditionnée sauf que nous procédons à une enquête sociale avant toute intervention et accordons l’assistance sociale selon la disponibilité des ressources.

Peut-on avoir foi en la crédibilité et l’efficacité des dons et distributions faits pas l’ASN ?
La mauvaise gestion des biens publics est une réalité dans la plupart des pays africains et le Togo n’est pas exclu. Chacun dans son petit coin pose des actes inciviques, mais cela ne doit pas être légitimé comme une norme sociale jusqu’à justifier l’utilisation de l’aide sociale à des fins inappropriées. Chacun en ce qui le concerne doit faire un effort pour proscrire cela dans son comportement quotidien lorsqu’il a une portion de pouvoir à gérer ; car l’action sociale c’est l’agrégat des actions individuelles. Et donc si nous conjuguons nos mauvaises actions individuelles, imaginer l’état dans lequel notre pays va se retrouver. Mais la combinaison de bonnes conduites citoyennes contribueront à accroitre la croissance économique du pays.

Des besoins matériels et financiers énormes... Que faut-il faire ? Qui doit le faire : l’Etat ou la population ?
L’Agence de Solidarité Nationale est un service de plus en plus sollicité à cause de la situation de précarité dans laquelle se trouvent les togolais. Une situation mondiale. Malheureusement, celle-ci ne dispose toujours pas de moyens suffisants, tel que dit plus haut, pour faire face à ces milliers de gens de milieux sociaux vulnérables, défavorisés et démunis du pays.
C’est d’ailleurs pourquoi, il est nécessaire qu’un Fonds de Solidarité Nationale soit mis en place pour permettre à l’Agence de Solidarité Nationale d’étendre la couverture d’assistance à toutes les populations surtout les plus vulnérables et démunies dans la perspective de contribuer à la croissance économique du pays par un développement inclusif. Etant donné qu’ils constituent une force latente pouvant contribuer au développement économique du pays.
Pour une cohésion sociale et un développement harmonieux du pays, la question de la solidarité nationale ne peut pas être ignorée ou négligée, car la solidarité entre les individus doit se faire sentir aujourd’hui non seulement comme une nécessité mais aussi comme un devoir afin de réduire les écarts entre les couches socio-économiques.
L’Agence de Solidarité Nationale compte sur la générosité de tous car, c’est avant tout un devoir citoyen de participer à cette action de solidarité envers les plus démunis. Aider l’autre, c’est s’aider aussi, en garantissant une meilleure stabilité et harmonie du le pays.

Comment vous contacter ?
Les bénéficiaires : La procédure est simple, vous pouvez formuler votre demande par correspondance (lettre de demande) et l’adresser à la Directrice de l’Agence de Solidarité Nationale, ou s’adresser à nos services sociaux qui sont dans les quartiers ou cantons de votre milieu de résidence. Vous avez aussi la possibilité de vous déplacer soit vers ces services sociaux et se faire aider par les agents sociaux qui sont dans ces centres ou à l’Agence de Solidarité Nationale. Une fois que la demande est formulée, tous les acteurs se mettent communication pour étudier la possibilité d’assistance.
Tout le monde peut bénéficier de l’aide s’il répond aux critères d’indigences et de vulnérabilités.
Les bonnes volontés et donateurs : Vos précieux dons seront les bienvenus à l’Agence de Solidarité Nationale, sise au 153, Avenue Duisbourg ; BP : 13741 tél : 22-22-15-06/22-22-15-07 ; Cél : 90.16.72.71 ou 90.18.88.84- Lomé. Compte n° 030318422001 OraBank Lomé.
E-mail : agencedesolidaritenationale@yahoo.fr
Facebook : agence de solidarite nationale togo.

Merci M. Richard D. Tindjo

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don