Revue de la presse du mercredi 02 novembre 2016

Les vérités de Manuel Valls au Togo

le séjour de Manuel Valls, Premier ministre français, au Togo continue de défrayer la chronique dans les médias togolais.

« Valls sort des vérités qui portent Faure et le génie togolais aux grands titres », titre Kozah média.
Selon le journal, Valls a reconnu puis vanté les efforts du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé en matière de démocratie et d’ouverture du Togo sur le monde.

Vision d’Afrique se penche également sur la question et note : « le grand Lomé innove enfin en créant un Centre d’enfouissement technique à Aképé ».
« D’un coût de plus de 21 millions d’euros pour cette phase initiale, les travaux de ce site s’étaleront sur 400 jours et le délai d’exploitation est de cinq (5) ans, selon l’avis des experts et des différents responsables du maître d’ouvrage qu’est la commune de Lomé  », ajoute-t-il.

La Dépêche va plus loin et informe : « Valls en Afrique avec un air de fin de règne ».
« Le premier ministre français, Manuel Valls était en Afrique du 28 au 30 octobre 2016. Un voyage qui l’a conduit successivement au Togo, au Ghana et en Côte d’Ivoire. Deux pays du pré-carré français et un pays sur la voie de l’émergence. Lors de son périple, le Premier ministre français a rencontré les chefs d’Etat des trois (3) pays avec qui il a discuté des problèmes politiques, économiques et sécuritaires  », précise le journal.

Forum de la semaine place ce déplacement de la personnalité française dans le souci de la France de peaufiner sa stature internationale et tisser son propre réseau africain. Manuel Valls a soigneusement évité les questions qui fâchent, ajoute le même quotidien.
« Au titre de ces questions sensibles, il y a l’épineuse question du franc CFA, la problématique des réformes politique au Togo. Même si les communications officielles de part et d’autre n’en ont pas fait cas, personne n’ignore que le Togo est perçu par la France officielle comme le berceau de la contestation de l’arrimage du francs CFA naguère au franc français et aujourd’hui, à l’euro », argumente-t-il.

Togomatin de son côté renchérit : Manuel Valls salue « un Togo moderne, en renouveau ».
Le journal donne plus loin les raisons du déplacement du Premier ministre français sur le continent : son attachement à l’Afrique. « Je crois donc profondément que ce siècle sera celui de l’Afrique. Et notamment celui de l’Afrique de l’Ouest, celui de votre sous-région dans laquelle le Togo affirme à travers vous, sa place, sa vision et ses ambitions. Je suis profondément convaincu aussi que le destin de la France c’est de se tourner davantage vers l’Afrique, d’entrainer l’Europe pour une grande ambition euro-africaine. Se tourner vers votre région, c’est bien sûr regarder vers le Togo  », tels sont les propos du chef du gouvernement français cités par le journal.

Manuel Valls salue les progrès accomplis par le Togo, aborde pour sa part Focus infos.
Saluant les efforts accomplis par le Togo dans le domaine de la bonne gouvernance, le Premier ministre français a indiqué qu’ « il y a un Togo moderne, en renouveau ».

Mouvement d’humeur à CECO-BTP, c’est le second sujet qui attire l’attention dans les colonnes des journaux.

Le Messager s’exclame et parle des employés de CECO-MAT qui réclament le versement sans condition de trois (3) mois d’arriérés de salaire.
« Dans leurs efforts de résoudre le problème, les responsables de la direction de CECO-MAT ont versé le salaire du mois de juillet en deux (2) tranches, en raison d’un demi-salaire par tranche. Les trois (3) mois restants et qui font aujourd’hui objet de revendication concernent les mois d’août, septembre et octobre. Et les manifestants qui ont également réussi à allier ceux des CDI (Contrat à durée indéterminée) réclament sans condition le payement de ces trois (3) mois d’arriérés  », note le journal.

Le Médium trouve que la direction générale de CECO Group est dans ses plus petits souliers et négocie une semaine de réflexion.
« La journée de lundi 31 octobre 2016 a été une des pires journées vécues par la Direction générale de CECO BTP. En effet, une partie du personnel, de terrain, a bloqué pendant toute la journée l’entrée principale de la société, empêchant ainsi tout cadre et agent administratif à sortir pour la pause-déjeuner des locaux avec leurs véhicules de fonction », souligne le journal.

Le Magnan libéré en marge du sujet écrit : « Des grèves et des licenciements secouent le groupe ».
« A Lomé comme à l’intérieur du pays, les populations n’ont que trop souffert de ces chantiers réalisés à l’approximatif par cette entreprise de BTP qui semble être intouchable. Après que CECO BTP aie utilisé une grande partie des fonds alloués à la réhabilitation de la route Lomé-Vogan-Anfoin  », affirme-t-il.

En politique, Liberté évoque les défections africaines au sein de la Cour pénale internationale (CPI).
« Après le Burundi, c’est l’Afrique du Sud qui a sauté le pas, en annonçant à son tour son retrait. Cette décision est un véritable choc pour la CPI car Pretoria en était un soutien de taille  », ajoute le journal.

Togo presse
pour sa part aborde la question de l’investissement au Togo et signale que le président de l’Afreximbank, Dr Benedict Oramah a été reçu par le chef de l’Etat.
« Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, s’est entretenu, lundi matin, au Palais de la présidence de la République, avec une forte délégation de la Banque africaine d’import-export, conduite par son président, Dr Benedict Oramah. Au sortir de l’audience, Dr Oramah a précisé être venu pour échanger avec le président de la République sur des opportunités d’investissements au Togo », indique le journal.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don