Jubilé d’or de l’ASSAFETO

Les sages-femmes du Togo se valorisent

L’Association des sages-femmes du Togo (ASSAFETO), fête ses 50 ans de jubilé d’or, une célébration qui a pour apothéose un congrès statutaire qui se tient se mercredi à Lomé.

Ce congrès est placée sous le thème : « La sage-femme togolaise et le développement de la nation : notre part dans les nouveaux objectifs pour le développement durable », avec l’appréciation du chemin parcouru jusqu’ici et la définition de nouvelle perspective.

Les travaux dudit congrès vont durer trois (3) jours et ces nobles sages-femmes vont échanger sur leur contribution à l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD).

« L’enquête démographique et de santé au Togo (EDST 2013), montre qu’il y a environ 401 décès pour 100.000 naissances vivantes chaque année et 27 décès de nouveau-nés pour 1.000 naissances vivantes. Selon le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2015, 45% des décès des enfants de moins de 5 surviennent chez les nouveau-nés. Environ 50% de ces décès de nouveau-nés surviennent dans les premières 24 heures de vie et 75% dans la première semaine », a rappelé M. Agossou Amétépé, Représentant du ministre de la Santé et de la protection sociale.

Cinquante ans, selon lui, veut dire qu’elles ont certainement surmonté bien d’épreuves et accumulé suffisamment de sagesses. « Une association de sages-femmes ayant cumulé 50 ans de sagesses est à féliciter et à encourager. L’accompagnement des autorités est d’autant plus justifié que les objectifs de l’association et ses activités s’inscrivent dans le plan de développement sanitaire du pays. Cinquante ans de vie d’une association, c’est beaucoup lorsqu’on connaît les difficultés que l’on a souvent en tant qu’humain à se retrouver, discuter et construire ensemble », a-t-il laissé entendre.

Pour Mme Eloïse Adandogou d’almeida, Présidente sortant de l’ASSAFETO, tout évolue bien pour l’association. « Disons que les sages-femmes sont en grand nombre sur le territoire, c’est vrai qu’on dénote une pénurie dans certaines formations sanitaires mais nous pouvons dire que comparativement au nombre qu’était les sages-femmes dans les années où naissait notre association, l’effectif a évolué. Nous pouvons dire aussi que dans le cadre de la formation des sages-femmes, nous avons une deuxième institution de formation dans le septentrion qui rapproche les instituts des bénéficiaires et c’est vraiment important et c’est à saluer », a-t-elle ajouté.

« Nous avons un programme scientifique, nous allons nous remettre à niveau dans le domaine de la prise en charge des nouveaux nés en salle d’accouchement. Vous savez que les premières heures de vies de tous individus est consacré et confié entre les mains des sages-femmes et donc il nous faut nous remettre à jour pour offrir des soins de qualité pour épargner la vie à ces enfants. La partie assemblée générale consistera à revisiter les textes, à renouveler le bureau et à aussi installer le nouveau bureau qui va sortir », a-t-elle indiqué.

Le Représentant assistant de l’UNFPA au Togo, M. Koffi Vidzrakou, a de son côté rappelé que l’ASSFETO est une Organisation de la société civile, une sorte d’ONG qui a pour mérite de chercher à aider le gouvernement à faire ce qu’il doit faire.

« Nous en tant qu’agence des Nations Unies, nous sommes d’abord là pour accompagner le gouvernement togolais et le ministère de la santé à bien s’occuper de la santé des populations togolaise. ASSFETO fait un travail formidable. N’oublions pas que ce sont des sages-femmes d’abord des fonctionnaires qui sont confrontés à des difficultés énormes dans leurs travail, elles sont réparties sur tout le territoire. En dehors de contraintes professionnelles, elles arrivent à dégager du temps pour la vie associative. Ces dames sont en train de le faire depuis 50 ans. Elles ont le mérite de coïncider les deux (2) choses notamment vie professionnelle et associative mais toujours tourner vers l’objectif qui est celui de sauver des vies humaines, des mamans et des enfants », a-t-il précisé.

L’ASSAFETO est créée le 6 juin 1966. Le présent séminaire-congrès offrira à coup sûr une opportunité d’échanges, de partage et de renforcement de compétences aux membres de ladite association.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don