La presse écrite du mercredi 17 août 2016

Les journalistes créent JASéMA

Naissance d’une dynamique d’accompagnement des enjeux de la sécurité maritime : le réseau des journalistes africains pour la sécurité maritime porté sur les fonds baptismaux, est le sujet qui intéresse les journaux parus en kiosque ce mercredi.

« Sécurité maritime : les journalistes africains se mobilisent au sein du JASEMA », lance Dounia le monde.

Selon l’hebdomadaire, cette nouvelle synergie des journalistes africains s’inscrit dans le cadre du sommet de l’Union africaine prévu à Lomé du 10 au 15 octobre 2016 et une mise en orbite de ce réseau s’est fixé pour objectif, la vulgarisation et la dissémination de la thématique de la ‘’sécurité maritime’’, avant, pendant et après le Sommet de l’Union africaine.

Le Médium va dans le même sens que le précédent quand il écrit : « le réseau des Journalistes africains pour la sécurité maritime (JASEMA) a été lancé le 12 août dernier à Lomé. Constitué de 13 membres de 9 pays africains, ce réseau veut apporter sa contribution à la résolution des problèmes d’insécurité sur les mers et océans africains, des problèmes qui, en effet, ne se sont jamais posés avec autant c’est le cas de ces dernières années », indique le journal.

La naissance de ce réseau panafricain des journalistes pour contribuer à la sécurité maritime n’échappe pas aux projecteurs du journal Le Libéral.

« Le réseau panafricain a pour objectifs de sensibiliser les professionnels des médias et les populations sur les thématiques relatives à la mer, de promouvoir les meilleurs pratiques allant dans le sens de la protection des ressources que regorge la mer. Le JASEMA se propose également de former ses membres à prendre en compte et à débattre des sujets liés à l’économie maritime dans leurs organes de presse », souligne-t-il.

En politique, Togo réveil écrit : « Annonce officielle de la création d’un parti dissident du CAR, Apévon sur une voie beaucoup plus risquée que celle de Fabre ».

« Depuis samedi 13 août dernier, le projet de création d’un parti dissident du Comité d’action pour le renouveau (CAR) prend corps. C’est à travers une réunion de plusieurs centaines de partisans de l’actuel président Me Dodji Apévon, qui ont fait une sortie au Centre Communautaire de Bè, l’objectif étant d’exhorter leur chef de file de la dissidence à créer un nouveau parti pour se libérer de l’emprise de Me Agboyibo, président d’honneur du CAR dont on soupçonne des velléités de retour au trône et des manœuvres pour assurer une succession de son fils Pascal Agboyibo à la présidence du CAR », montre-t-il.

Pendant ce temps, Le Libéral continue de se demander qui des deux gardera le moteur du CAR avant de répondre : « dans tous les cas, ni l’un ni l’autre ne sortira gagnant de cette épreuve ».

Et pour cause, estime-t-il, « Me Agboyibo se contentera d’un parti très affaibli, pendant ce temps Me Apévon lancera un parti de plus qui n’aura aucun poids sur l’échiquier politique à l’instar de bien d’autres partis qui n’existent aujourd’hui que de nom ».

La rupture est totalement consommée entre le Président d’honneur et le Président en exercice et les soutiens de Me Apévon l’obligent à lancer son parti, renchérit Le Magnan libéré.

« On se dirige donc vers le scénario de l’UFC sauf que ici, les problèmes sont nés d’un véritable artistique basé sur du mensonge », souligne le journal.

Liberté parle plutôt de mise en œuvre des réformes et s’exclame : « Faure Gnassingbé se moque de l’opposition et du peuple togolais ! ».

« Sinon comment comprendre qu’en tant que président du parti UNIR et chef de l’Etat, il dirige ses adversaires politiques vers l’Assemblée nationale, et qu’une fois là, les élus de sa formation politique donnent un contrordre et les réfèrent au HCRRUN », argumente-t-il.

Le Messager de son côté aborde la question d’un meeting du parti ADDI à Dapaong et informe l’opinion que l’ANC est très remontée contre son allié de circonstance.

« Pourquoi continuer par faire cavalier seul même devant des situations qui obligent à rassembler ? A quoi auraient servi les manifestations politiques avec une seule couleur si à la fin les réformes ne sont pas obtenues ? Pourquoi ce zèle et cette débauche d’énergie au niveau de certains partis politiques pourtant dirigés par des soi-disant grands professeurs d’université ? », voilà autant de questions que se pose ce journal.

Sur l’annonce d’une démission en bloc des députés ANC du parlement, Dounia le monde se demande s’il s’agit d’une diversion ou d’une naïveté politique.

En société, Le Correcteur évoque les conditions de vies des employés de l’ADM. 

« Déchirures des hanches, courbatures, absences de congés, de déclaration à la caisse, salaire irrégulier. Des togolais dans l’enfer de Djramédo Koffi à Lomé Container Terminal du Port », tels sont les maux que révèle ce journal.

« Il se rapporte que les employés n’ont pas de repos. Ils ne sont ni déclarés ni assurés. », ajoute-t-il.

Forum de la semaine s’intéresse au réaménagement de l’axe Aného-Anfoin-Amégnran et signale la frustration chez les populations.

« La frustration est grande sur le terrain et sa gronde au sein des populations dont les maisons seront affectées par les travaux de réaménagement de cet axe. Ceci, surtout que depuis quelques jours, les populations qui se disent non informées d’avance apprennent que leur maison, ou du moins une partie sera engloutie par l’extension de la route dans le sens de la largeur », fait savoir-t-il.

Sport : « JO Rio 2016 : les athlètes togolais rentrent bredouille », note Le Libéral.

« C’est la dernière semaine pour les 31èmes olympiades qui se déroulent en ce moment à Rio de Janeiro. Encore quelques jours la flamme olympe sera éteinte. Pour le Togo, l’essentiel était de participer comme aimait si bien dire le père des jeux olympiques modernes, Pierre de Coubertin. Les cinq athlètes qui portaient les couleurs nationales à ces jeux ont été tout simplement éliminés », indique le journal.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don