Grève dans le monde judiciaire togolais

Les greffiers « mécontents » des réquisitions de Pius Agbétomey

En sit-in depuis le 22 mai 2017, les greffiers du Togo au sein de l’Association des greffiers du Togo (AGT) et du Syndicat national des greffiers du Togo (SNGT), décident de poursuivre leur grève et ce pour 72 heures à compter de ce mercredi 7 juin 2017, jusqu’à satisfaction totale de leurs revendications.

Ce mercredi, le porte-parole de ces greffiers est monté au créneau pour attirer l’attention de ces camarades sur la manière dont le quart d’entre eux (49 sur 194) a fait l’objet de réquisition de la part du ministre de la Justice, Pius Agbétomey.

Les grévistes se dit mécontent de cette réquisition (ordre de reprendre le travail, donné par les autorités administratives aux travailleurs en grève, lorsque l’ordre public paraît menacé).

Selon le porte-parole, cette attitude de l’autorité consiste, à saboter le mouvement des greffiers du Togo.

« Un courrier-réponse est déjà préparé, pour dire au ministre qu’aucun greffier dans tout le Togo ne saurait déférer à ces réquisitions. La grève continue ce mercredi, demain jeudi et après-demain et si rien n’est fait, la semaine prochaine bien évidemment », a-t-il prévenu.

Il déplore par ailleurs l’attitude des autorités et regrette que, leur silence conduit à la tenue effective de la grève qui ira cette fois-ci jusqu’à satisfaction totale.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don