Ce mercredi 19 octobre 2016

Les effets collatéraux du sommet et la crise au CAR à la une des journaux

Les journaux parus en kiosque ce mercredi planchent sur la manifestation des chauffeurs qui ont servi lors du Sommet sur la sécurité maritime et la crise qui secoue le Comité d’action pour le renouveau, CAR.

« Des fameuses retombées du sommet sur la sécurité maritime : 327 chauffeurs ont manifesté hier au Garage central pour réclamer leur rémunération  », ironise Liberté.
« Ils refusent de percevoir quarante mille (40.000) francs CFA en guise de paie que leur tendent les responsables du Garage central administratif. Certains n’auraient pas leur nom sur la liste de paiement bien qu’ils aient été régulièrement recrutés, formés et mis à la disposition des délégués », ajoute-t-il.

Forum de la semaine de son côté écrit : « Garage central de Lomé : les chauffeurs mécontents de leur rémunération et crient leur désarroi  ».
« Le sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritimes appartient depuis le samedi 15 octobre dernier, à l’histoire. L’heure était hier mardi, au garage central de Lomé, à la rémunération pour les chauffeurs ayant conduit les différentes délégations avant et au cours du sommet. Telle ne fut la surprise de ces chauffeurs d’un nombre total de 327, une enveloppe de 40.000 francs CFA tendue à chacun pour service rendu », raconte cet autre quotidien privé.

Tingo Tingo quant à lui trouve ce fait beaucoup plus précis en termes de chiffres. « Les chauffeurs estiment que près d’un milliard de CFA sont alloués pour leur recrutement, la formation et la rémunération. Ils se sont rendus compte que la somme qui devait leur être versée ne correspondait pas à ce qu’ils attendaient  », écrit-il.
Alors qu’ils voulaient manifester leur mécontentement face à la situation, poursuit ce journal, ils se sont heurtés à un détachement de la brigade anti-émeute de la gendarmerie armée et prête à charger les manifestants.

La Crise au sein du CAR est le second sujet qui attire l’attention dans les colonnes des journaux.
Liberté revient et lance : « Agboyibo lance ses dernières manœuvres, Apévon dénonce une honteuse manigance et compte assumer ses responsabilités  ».
« Me Yawovi Agboyibo accélère les manœuvres, avec l’échéance du 17 octobre, pour faire son come-back à la tête de ‘’son parti CAR’’. Me Dodji Apévon, son ancien protégé qu’il veut à tout prix évincer ne compte pas se laisser faire. Il dénonce à cet effet les manœuvres du bélier noir de Kouvé et annonce prendre ses responsabilités au moment opportun », narre le journal.

Courier de la République pour sa part se demande : « quels enseignements tirer de la crise au sein du CAR de A à Z ? ».
« Pour une crise, celle qu’a connu le CAR en était une bien curieuse. Tout allait au mieux et c’est quand à un certain niveau on a senti que la fin du mandat s’approchait qu’on a décidé de mettre au devant la thèse du délire de persécution. On a commencé à ficeler les pires montages pour se faire passer pour des saints qui subissent les injustices des diables à qui de visages et des noms ont été donnés », déclare le journal.

Le Magnan libéré parle de l’après adoption de la Charte de Lomé et annonce que les chefs d’Etat de l’Union africaine s’attèlent à assurer le « service après vente ».
« Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA ont très bien mesuré l’enjeu du geste qu’ils viennent de poser dans la mesure où plus de 90% des échanges commerciaux entre l’Afrique et le reste du monde se fait par la mer. Après l’adoption, il faut aller vite de l’avant pour la ratification de la charte qui constitue la prochaine étape », précise le journal.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don