COP 22 à Marrakech

Les chefs d’Etat africains parlent d’une même voix

Comme une vingtaine de chefs d’Etat, Faure Gnassingbé, le président de la République togolaise a pris part ce mercredi à Marrakech au Maroc au sommet africain organisé par le Roi Mohammed VI sur les enjeux de la lutte contre les changements climatiques en Afrique.

C’est en marge de la 22ème Conférence des parties (COP 22) qui se tient depuis le 7 novembre à Marrakech. A également pris part à ce sommet, le président français, François Hollande.

« L’Afrique paie un lourd tribut en matière de changements climatiques et représente sans aucun doute, le continent le plus pénalisé. La hausse des températures, le dérèglement des saisons, les sécheresses à répétitions appauvrissent la biodiversité de notre continent, détruisent ses écosystèmes et hypothèque son progrès, sa sécurité, sa stabilité », a déclaré Mohammed VI dans son discours.

Et pourtant, a-t-il poursuivi, l’Afrique n’émet que 4% des gaz à effet de serre. « Ces bouleversements entravent fortement le développement de l’Afrique et menacent gravement les droits élémentaires de plusieurs dizaines de millions d’Africains », a-t-il rappelé.

« L’Afrique doit s’exprimer d’une seule voix et exiger une justice climatique et la mobilisation des moyens nécessaires, émette des propositions concertées avec des objectifs communs et des et des projets régionaux et transnationaux structurants », a proposé le souverain marocain.

Plusieurs chefs d’Etat africains sont également revenus sur les dispositions de l’Accord de Paris et ont rappelé aux pays avancés leur promesses de 100 milliards de dollars d’ici 2020.

Ce sommet africain en marge de la COP 22 a été également le lieu pour le chef d’Etat marocain pour annoncer son initiative « Triple A » en faveur de l’agriculture africaine.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don