La presse écrite du vendredi 13 janvier 2017

Les Eperviers ont l’onction de la Nation

Le drapeau national remis jeudi à Lomé, aux Eperviers pour le compte de la CAN Gabon 2017. C’est le sujet qui fait parler les journaux ce vendredi.

« Le Chef du gouvernement, Selom Klassou a remis le drapeau national aux Eperviers. Allez les Eperviers ! », s’exclame L’Union pour la Patrie.

Pour cet hebdomadaire, cette cérémonie qui s’est déroulée à la veille de leur départ pour le Gabon où ils participeront à la CAN Total 2017 à partir du 14 janvier, a permis au Premier ministre d’exprimer aux joueurs l’attachement de tout un peuple à son équipe national qui en retour ne doit pas le décevoir.

S’alignant derrière son confrère, le Grand quotidien Togo-Presse montre que par cet acte du premier ministre, les Eperviers sont appelés à défendre vaillamment les couleurs nationales et à hisser haut le drapeau togolais aux yeux du monde entier.

Mobilisation des fonds pour les Eperviers, Togomatin fait savoir que les ministres vont y contribuer.

« Le Conseil des ministres tenu le 11 janvier 2017 a exhorté chaque membre du gouvernement de contribuer financièrement à l’élan national de soutien aux Eperviers, tout en félicitant le comité de mobilisation des fonds et en l’encourageant à poursuivre ses efforts », déclare le journal.

Les retards constatés dans l’aménagement de la route Notsè-Tohoun, des journaux en parlent.

L’Alternative écrit : « Route Notsè-Tohoun, un chantier ‘’hanté’’ par le sort de Lomé-Vogan-Anfoin ».

« Comme d’autres chantiers dans le pays, celui de cette route est en souffrance. Une souffrance partagée par les populations riveraines, qui ont trop longtemps réclamé ces travaux mais qui devront malheureusement attendre encore, probablement pour longtemps », montre-t-il.

D’avis avec son prédécesseur, Le Rendez-vous renchérit : « Notsè-Tohoun, un bitumage en souffrance : l’autre scandale au cœur de la route ».

« Les signes d’une présence de construction routière sont perceptibles, mais le chantier est totalement abandonné. Les sites que nous avions pu toucher du doigt sont déserts, les quelques rares camions encore visibles sont en rapatriement de ce qui peut être déplacés », informe le journal.

En politique, Le Dialogue parle du parti CAR en congrès extraordinaire ce vendredi à Lomé.

« Le congrès d’aujourd’hui, serait un come-back très attendu par les militants et par ricochet les Togolais qui ont toujours piaffé d’impatience de voir le CAR sortir des sentiers battus », lance-t-il.

Parlant de fauteuil présidentiel après Eyadéma, L’Eveil de la Nation s’intéresse pour sa part à la communauté Tem-Kotokoli accusée d’offrir une présidence à vie à Faure.

« Plus d’une génération après cette affaire qui laisse perplexe et dubitatif tout observateur avisé, la même communauté Tem-Kotokoli cette fois-ci à travers ces cadres, feraient feu de tout bois pour faire venir Faure Gnassingbé comme invité de marque lors de l’édition de Adossa Gadao 2017 afin de lui passer la potion magique des Tem-Kotokoli qui aurait permis à son prédécesseur de régenter le pouvoir jusqu’à sa mort », informe-t-il.

En économie, Liberté évoque la consécration de l’asphyxie budgétaire en 2017 où 35% du budget alloué au remboursement de la dette et 15% aux salaires.

« Entre le collectif budgétaire de 2016 évalué à 1.151 milliards de francs CFA et la loi de finance gestion 2017 protée à 1.227,4 milliards de francs CFA, la progression n’est que de 6,2% pendant qu’au Bénin, le bond est de plus de 40%. Et c’est dans cet immobilisme budgétaire que le pays se propose d’affecter 35% au remboursement de la dette et 15% au payement des salaires », lit-on.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don