Examens de fin d’année

Le probatoire kidnappe les esprits.

Le Baccalauréat première partie a démarré officiellement ce 20 juin sur toute l’étendue du territoire national. L’examen se déroule dans de bonnes conditions selon nos constats.

C’est ce mardi que débutent, sur toute l’étendue du territoire togolais, les épreuves écrites du probatoire ou baccalauréat première partie (BAC I), premier examen qui annonce la fin de l’année scolaire en cours. Participent à cette évaluation un peu plus de 66000 élèves qui composent dans les centres d’écrit du pays ainsi que dans un centre d’écrit au Ghana.

Le ministre des enseignements primaire, secondaire et de la formation professionnelle, Komi Paalamwé Tchakpele, et son ministre délégué chargé de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Georges Kwawu Aïdam, ont rendu visite, ce matin, à certains candidats à l’entame des épreuves.

Il s’agit, selon le ministre Tchakpele, pour son collègue et lui de « s’assurer du bon déroulement des épreuves au plan organisationnel et surtout s’assurer que l’équipe pédagogique en charge de cette organisation travaille comme il le faut, ensuite la remercier et la féliciter » et « rappeler aux candidats qu’ils sont ce que notre pays a de plus cher et que le pays attend beaucoup d’eux ». « La famille éducative a connu cette année quelques difficultés qui ont pu être jugulées grâce à l’action des uns et des autres. Il est normal qu’à l’heure de la moisson que les ministres visitent quelques centres afin de s’assurer que malgré les difficultés que nous avons connues, les membres de la famille ont su se ressaisir et aller à l’essentiel et rassurer les parents d’élèves et la nation toute entière que la moisson 2016-2017 a bien lieu et que nous sommes confiants, nous croisons les doigts pour que les résultats de cette moisson soit bonne », a-t-il aussi indiqué.

Les statistiques de cet examen réjouissent le ministre Aïdam. « Cette année, nous avons connu un accroissement du nombre de candidats, ce qui témoigne de la vitalité du secteur éducatif et du développement de la scolarisation. Pour l’enseignement général, nous avons cette année un peu plus de 52000 candidats contre 44000 l’année dernière, ce qui fait une progression de 17%. Pour l’enseignement technique, ils sont un peu plus de 14000 candidats contre 13000, l’année dernière. Nous constatons aussi le nombre croissant de jeunes filles qui sont au niveau de toutes les séries : pour le sous-secteur de l’enseignement technique par exemple, il y a plus de candidates filles que de garçons, ça fait 7500 contre 6500. C’est une bonne chose et nous pensons que cette dynamique va s’amplifier avec les années pour que nous puissions produire les cadres qu’il faut pour notre pays », souligne-t-il.

Le probatoire est le premier de la série d’examens de fin d’année scolaire. S’en suivront le BEPC (Brevet d’études du premier cycle), le CEPD (Certificat d’études du premier degré) et le baccalauréat 2ème partie.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don