La 5ème édition du PIA (Prix de l’Innovation pour l’Afrique)

Le béninois Valentin Agon remporte le prix

Chose promise, chose due : l’ingéniosité africaine a bel et bien été portée au sommet cette année, lors de la remise du prix de l’innovation pour l’Afrique qui a eu lieu à Gaborone au Botswana, le 23 juin.

« Une révolution africaine contre le paludisme »

Aussi rudimentaire qu’il puisse paraître, Api-palu, ce médicament antipaludique fabriqué à base de plantes naturelles et inventé par le Béninois Valentin Agon, est en train de bouleverser le marché.

Pas seulement sur le plan médical, mais aussi sur le terrain du développement, où l’Afrique perd beaucoup de points de croissance à cause de certaines maladies persistentes.

Pour les économistes, le paludisme impacte négativement la croissance de plus de 1,3 % dans certains pays africains.

L’Organisation mondiale de la santé estime que plus de 500 000 personnes meurent chaque année des suites de cette maladie qui frappe essentiellement l’Afrique.

Environ 438 000 décès ont été enregistrés en 2015 pour 214 millions de cas de paludisme. Api-palu paraît donc comme une révolution. Ce médicament permet un taux rapide de diminution des parasites du paludisme dans le sang après un traitement à court terme, avec des doses relativement plus faibles.

Il est disponible sous forme de comprimés, de capsules ou de sirop. Des effets thérapeutiques non toxiques qui ont permis à Api-palu d’être aussitôt approuvé au Bénin, au Burkina Faso, au Tchad et en République centrafricaine.

Autre atout, Api-palu est vendu au prix de 1 000 francs CFA, un prix largement inférieur aux prix des médicaments concurrents (autour de 5 000 francs CFA) venus principalement d’Occident. L’entreprise dispose de plusieurs centaines de pharmacies dans le pays et veut étendre son activité dans les prochains mois.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don