Lutte contre le terrorisme et le radicalisme

Le WANEP-Togo et le ministère de la sécurité s’accordent sur une stratégie

Le West African Network for Peacebuilding Togo (WANEP-Togo), une organisation de la société civile qui lutte pour la paix, a, en collaboration avec le ministère de la Sécurité et de la protection civile, organisé ce mardi à Lomé une conférence publique placée sous le thème : « Face à l’extrémisme et au terrorisme : le Togo est-il menacé ou résilient ? ».

Cette rencontre présidée par le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Colonel Yark Damehame et à laquelle ont pris part des acteurs de la vie sociopolitique du pays, a été initiée face à l’inquiétude du WANEP au vu des nombreuses conséquences du terrorisme et du radicalisme dans la région Ouest africaine.

L’objectif principal de cette conférence, c’est de pouvoir créer une prise de conscience collective sur les menaces sécuritaires afin d’envisager ou prendre des résolutions importantes pour la stabilité du Togo et de la sous-région.

« Il s’agit là d’un objectif qui constitue une priorité, car, il nous permettra non seulement d’identifier les défis évolutifs et enjeux liés à la sécurité au niveau national et régional, mais aussi de dégager des perspectives face à ceux-ci », a indiqué le Col Yark Damehame, ministre de la Sécurité et de la protection civile.

« La conférence qui nous réunit, revêt une importance capitale en ce qu’elle s’inscrit dans le prolongement du sommet sur la sécurité régionale tenu à Abuja le 14 mai dernier et auquel le Togo a eu à participer. L’actualité africaine suscite des inquiétudes légitimes en matière de paix et de sécurité, car les vagues meurtrières d’attaques terroristes que notre continent a subies démontre que le fléau de l’extrémisme et du terrorisme restent un défi majeur  », a-t-il ajouté.

Pour la présidente du Conseil d’administration de WANEP-Togo, Mme Marceline Pierucci Mensah, les actions des forces de l’ordre et de sécurité suscitent de nombreuses interrogations et parfois paradoxalement des inquiétudes notamment sur la capacité de résilience au Togo.

Elle a par ailleurs indiqué que depuis l’attentat terroriste du 11 septembre 2001 qui a frappé les Etats-Unis d’Amérique avec à la clé 3.000 morts, les attaques terroristes ont repris d’intensité.

L’Europe et plus précisément l’Espagne, l’Angleterre, la France et la Belgique ont été secouées par ces actes de terrorisme. L’Afrique n’a pas été épargnée par ces attaques. Le Nigeria en fait les frais, le Mali, le Burkina-Faso, la Côte-d’Ivoire sont déjà passés par les coups de boutoir de ces actes violents dans le courant des années 2015-2016.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don