2ème réunion du Comité National REDD+

Le Togo engagé dans le processus de la REDD+

Les ressources naturelles ont de tout temps constitué un facteur de développement économique, social et culturel des peuples. Le rôle de la forêt dans la lutte contre les effets néfastes des changements climatiques et par conséquent, dans le développement socio-économique harmonieux d’un pays n’est plus à démontrer.

Conscient de ce rôle primordial de la forêt, le gouvernement, dans sa déclaration de politique forestière nationale, nourrit l’ambition de parvenir à un taux de couverture forestière de 30% à l’horizon 2050.

Pour y arriver, la deuxième réunion du Comité National Réductions des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts au Togo (REDD+), un organe suprême de gestion du processus REDD+ au Togo a été officiellement ouverte ce jeudi à Lomé, par le ministre de l’Environnement et des ressources forestières, et président du Comité National REDD+), M. André Johnson.

Ce processus de la REDD+ permettra à la forêt et aux arbres hors-forêt de continuer par jouer leur rôle socio-économique et écologique très important.

« Après deux (2) ans et demi de mise en œuvre du processus, il est important, de faire une évaluation des actions déjà réalisées afin de mieux nous projeter dans l’avenir. La revue à mi-parcours du projet de soutien à la préparation à la REDD+ et du processus REDD+ s’inscrit dans ce contexte », a déclaré le ministre.

Comme opportunités de la REDD+ pour le Togo, a-t-il poursuivi, ce processus permettra également d’assurer une gestion durable des forêts et d’offrir des mesures incitatives pour s’attaquer à certains principaux facteurs de la déforestation et de la dégradation des forêts, tels que l’agriculture itinéraire sur brûlis, la consommation du bois d’énergie et l’aménagement du territoire.

Les participants à cette deuxième réunion, auront à analyser et adopter la requête de fonds additionnels à adresser au Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) pour permettre au Togo d’achever son processus de préparation à la REDD+.

Le ministre n’a pas manqué de dire à l’assistance que la volonté du gouvernement à s’engager dans le processus REDD+ s’est manifestée à travers plusieurs actions ayant abouti à l’adoption d’un document de propositions de mesures pour l’état de préparation à la REDD+ (R-PP).

« La REDD+ est une opportunité pour aider le Togo à faire face à la question de l’utilisation des terres en milieu rural, ce qui atténuera les impacts sur le couvert forestier à partir de la promotion du développement durable dans d’autres secteurs comme les mines, l’agriculture et les infrastructures, et renforcera la réforme du processus d’acquisition de la propriété foncière », a-t-il ajouté.

Pour une durée de quatre (4) ans, le Togo a élaboré et soumis sa proposition de mesures pour l’état de préparation à la REDD+ (R-PP) au Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) qui l’a accepté en accordant un don de 3,8 millions de dollars US pour sa mission.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don