Réaménagement des conditions de bourses aux étudiants

Le MEET pas du tout content

Le gouvernement togolais, soucieux de créer des conditions idoines devant faciliter les études aux étudiants les plus méritants, a mis en place il y a deux ans, une commission ad’hoc chargée de définir de nouveaux critères d’octroi des bourses aux étudiants.

Il y a quelques jours, les acteurs du monde universitaire et les partenaires ont validé à Lomé la nouvelle politique des bourses d’études basée sur l’excellence des étudiants. Cette nouvelle politique qui entrera en vigueur après son adoption en conseil des ministres, vient d’enregistrer une première réaction de la part d’une association estudiantine.

Malheureusement, le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET) ne semble pas être d’accord avec les nouvelles dispositions. Il en a émis des réserves à travers un communiqué rendu public hier, et signé de son président en exercice, Komlanvi Akomabou Kondo.

Selon ladite association, le premier point concernant la suppression de bourse aux étudiants ayant le BAC avec une moyenne de 10 viole les accords inter-universitaires de 2012.

Le MEET précise, par ailleurs, qu’il n’est pas content de cette décision qui veut la suppression de bourse aux nouveaux bacheliers ayant une moyenne de 10 au Baccalauréat, vu le montant de la bourse partielle, l’âge des étudiants en Master et Doctorat et les conditions d’éligibilité, de garanties de l’Etat, de caution de l’entrepreneur et de remboursement du Fonds d’appui aux études supérieures (FAES).

Le communiqué déclare que des discussions seront entamées avec le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, « afin de trouver un aboutissement heureux pour le bien-être de l’étudiant togolais  ».

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don