Réduction de la pauvreté au Togo

Le FNFI va s’aggrandir de deux produits en 2017

Depuis sa mise en œuvre depuis avril 2014, le Fonds national de la finance inclusive (FNFI) a touché 700.000 Togolais à travers ses trois (3) produits que sont l’Accès des pauvres aux services financiers (APSEF), l’Accès des agriculteurs aux services financiers (AGRISEF) et l’Accès des jeunes aux services financiers (AJSEF). Au total 25,5 milliards de francs CFA ont été mis à la disposition des institutions de micro finance, partenaires du FNFI.

Le taux de remboursement des institutions de micro finance vers le FNFI est de 100% tandis que celui des bénéficiaires vers les institutions de micro finance au 31 décembre 2015 est de 90% avec une légère baisse par rapport à 2014. Cette baisse se justifie par l’introduction de deux (2) nouveaux produits.

C’est le bilan établi ce mercredi à Lomé au cours d’une rencontre avec la presse par le Conseil d’administration du FNFI.

En 2017, note-t-on, deux (2) nouveaux produits spéciaux seront créés pour les femmes vulnérables. Il s’agit du produit d’accompagnement spécial et le produit de la Banque africaine de développement (BAD).

« Afin de poursuivre le processus d’inclusion financière, le FNFI a atteint depuis son lancement près de 700.000 bénéficiaires avec plus de 400.000 renouvellements de crédits pour le compte des trois produits pour un montant de 16,2 milliards de francs CFA. Le montant mis à la disposition des prestataires de services financiers qui sont les partenaires du FNFI s’élève à 25 milliards de francs CFA », a indiqué le Directeur général du FNFI, Yves Gnaba.

Le remboursement se passe globalement bien mais la situation est mitigée, selon le Directeur général du FNFI. « Si nous prenons le premier produit qui s’est remboursé relativement bien à la fin de la première année, nous avons noté un taux de remboursement qui est au-dessus de 90%, il y a des zones où nous avons noté de très bonnes performances, notamment la région des Savanes et un peu partout dans les autres régions avec un certain nombre de partenaires financiers », a-t-il ajouté.

« Des stratégies seront rapidement mises en place pour permettre à la presse d’avoir la bonne information du FNFI et la passer à la population. Tous ceux qui pensent que le crédit du FNFI est un cadeau qu’on ne doit pas rembourser, doivent comprendre à travers la bonne information passée », a fait savoir le premier responsable de cette institution.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don