Faure Gnassingbé à son arrivée sur le campus

Sur l’enseignement supérieur au Togo

Le Conseil présidentiel veut mieux faire !

La qualité de l’enseignement au niveau du supérieur au Togo préoccupe les autorités togolaises. C’est pour mieux prendre à bras le corps ce secteur que, le conceil présidentiel mis en place rompt le silence.

Le 28 novembre sur le campus universitaire de Lomé, le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a procédé au lancement des activités du Conseil Présidentiel sur l’Enseignement supérieur et de la recherche. Les travaux vont durer trois jours et les participants vont réfléchir sur huit pôles thématiques qui traitent de la finalité de l’enseignement supérieur et de la recherche, gouvernance universitaire, sécurité, éthique et assurance qualité, l’offre de formation et technologies de communication appliquées à l’éducation (TIC), Ressources humaines, infrastructures et équipement, Recherche et innovation , Financement, bourse et œuvres universitaires, coopération et partenariat et enfin enseignement supérieur privé. Ces principales déclinaisons seront proposées par les commissions pour une meilleure mise en œuvre selon le Professeur Nicoué Broohm, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Le chef de l’Etat, M. Faure Essozimna GNASSINGBE, en cinq points, a rappelé les missions d’un enseignement supérieur moderne. Au Togo, l’Université doit accompagner le gouvernement dans ses différents programmes, ceux notamment de la croissance accélérée, formation des cadres et entrepreneurs capables de créer les emplois.

Pour la recherche scientifique, le chef de l’Etat lance que « la recherche scientifique doit sortir des sentiers battus ».
Aux étudiants, le Président Faure déclare que « les batailles rangés appartiennent à un passé révolu ».

"Il faut assigner à notre enseignement supérieur de nouvelles finalités, plus conformes aux exigences de l’heure, telles qu’ elles nous sont imposées par l’environnement globalisé où l’ économie du savoir est désormais au coeur de tous les enjeux géostratégiques", a affirmé M.Gnassingbé.

"Nous devons, en tout état de cause, renoncer définitivement au modèle de l’université publique de masse qui ne valorise pas assez les filières professionnalisantes", a indiqué le chef de l’état togolais, selon qui, la nouvelle université togolaise doit avoir pour vocation de former des "acteurs responsables, capables de répondre à des degrés divers à l’impératif de développement de leur pays".

La Banque Africaine de Développement (BAD) qui appuie cette initiative, encourage le partenariat public/privé, la pensée critique, les investissements dans l’éducation, le renforcement des recherches scientifiques et techniques, l’intégration régionale car la démographie galopante en Afrique subsaharienne et au Togo exige des cadres de qualité pour une gestion qualitative et quantitative des affaires du pays.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don