Fin du lévirat et du sororat

Le Caucus des femmes parlementaires à Kara

Après Lomé en fin de semaine dernière, ce sont les femmes de la ville de Kara (au Nord de Lomé), de bénéficier ce mardi, de la dissémination du code des personnes et de la famille et du nouveau code pénal révisé.

Avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le caucus des femmes parlementaires, initiateur de cette dissémination a abordé plusieurs aspects de ces deux (2) textes importants devant les femmes de la région de la Kara.

Selon Mme Meimounatou Ibrahima, président du Caucus des femmes parlementaires, leurs visions est de sensibiliser les femmes dans un premier temps de la Kara sur leurs droits.

« Nous adoptons des lois mais il faut que le grand public soit au courant de des lois, les femmes doivent savoir quels sont leurs droits et comment les revendiquer, les hommes également. En matière de succession par exemple, nombre de femmes ne savent pas comment cela se passe, lorsque leur conjoint décède, qui hérite ? Tels sont les thèmes abordés en présence des magistrats et officiers de police », a-t-elle laissé entendre.

Selon les informations, le Caucus des femmes parlementaires compte toucher toutes les quarante (40) préfectures.

De son côté, Mme Justine Azanledji-Ahadji, magistrate-consultante, relevé qu’ « avant la révision de 2012, pour que le code des personnes et de la famille soit appliqué, il faut que le défunt de son vivant, renonce à sa coutume ».

« S’il ne l’a pas fait, à son décès, le code des personnes ne s’appliquait pas automatiquement. La révision a eu lieu en 2012 et certaines dispositions ont été retouchées en 2014. A partir de 2012, la règle, c’est l’application du code de la famille et l’application de la coutume, l’exception. Aujourd’hui, le code condamne le lévirat et le sororat », a-t-elle indiqué.

Les praticiens du droit n’ont pas manqué de parler spécifiquement de ces deux codes. Le code des personnes et de lav famille en vigueur depuis janvier 1980, a été présenté avant et après la première révision de 2012.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don