Publication du RICA 2017

Le CADERDT appelle à la prise de conscience sur la STI

Le Centre autonome d’études et de renforcement des capacités pour le développement au Togo (CADERDT) a rendu public ce mardi à Lomé le Rapport 2017 sur les impératifs de capacités en Afrique (RICA), élaboré par la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) sous le thème : « renforcer les capacités en science, technologie et innovation pour la transformation de l’Afrique ».

Prenant en compte 44 pays africains, ce rapport élaboré par la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) et dont le but est de mesurer et d’examiner les capacités des pays africains à poursuivre leur programme de développement, révèle que les dépenses en recherche et développement de l’Afrique subsaharienne restent en dessous de 1% du PIB.

Le Togo, selon ledit rapport, est parmi les pays à faible degré d’innovation. L’indicateur de développement technologique qui mesure le niveau d’utilisation des TIC reste non documenté suffisamment et l’indice mondial de l’innovation qui constate le degré d’innovation dans le pays est bas (18,5/100).

Ce n’est pas tout. Le RICA 2017 fait savoir que le Togo dispose d’une politique sectorielle des technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’une politique nationale d’innovation, mais la Haute autorité en charge de la science, la technologie et l’innovation (HASTI) qui doit jouer un rôle de coordination en STI, n’est pas opérationnelle.

Devant les hauts cadres de l’administration publique, les représentants de la société civile, du secteur privé, du monde universitaire , des médias et des décideurs politiques pour lancer les travaux de l’atelier de publication du rapport, le Directeur de cabinet du ministre de la Planification du développement, Essohanam Edjéou a reconnu que les défis demeurent.

« Le Togo doit donc se mobiliser davantage autour des enjeux actuels, tels que la question du financement de la recherche scientifique et de l’innovation, de la jeune fille et de la technologie ou du développement des capacités d’utilisation des TIC dans les processus de travail et dans les prises de décision », a-t-il déclaré.

Pour la Directrice exécutive du CADERDT, Odilia Gnassingbé, le thème choisi autour du rapport interpelle à plusieurs niveaux.

« D’une part, il convient à nos pays de prendre conscience que la STI constitue le maillon manquant de la chaîne du système de développement et d’autre part, commencer par corriger les indicateurs de nos pays sur le plan international », a-t-elle précisé.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don