Lancement du JASéMa

La sécurité maritime a ses journalistes

Un réseau panafricain de journalistes engagés contre l’insécurité maritime a été lancé, ce 12 août à Lomé.

Au centre des échanges commerciaux entre les pays, les mers et océans sont capitales pour le développement social et économique. Cependant, ils sont le terrain d’action de plusieurs délinquants. On compte une attaque de pirates toutes les semaines dans le golfe de Guinée. Le trafic d’armes et de drogues y est émergent. En Afrique, la perte illicite fait perdre aux États, 10 à 23 millions de dollars. Ils sont aussi le dépotoir de déchets qui intoxiquent la faune et la flore marines.

Une synergie d’actions s’imposent pour lutter contre ces maux. Les hommes et femmes de médias du Togo, du Nigeria, du Bénin, du Mali, de la Guinée, du Burkina-Faso, de la Sierra Léone, du Cameroun, du Sénégal et du Liberia se positionnent, de leur côté, pour cette lutte. Pour ce faire, ils ont mis sur pied un réseau dénommé JASéMa (Journalistes africains pour la sécurité maritime).
Le groupement entend sensibiliser les journalistes et les populations sur les thématiques relatives à la mer, promouvoir les meilleures pratiques allant dans le sens de la protection des ressources que regorge la mer et permettre aux États d’engranger les bénéfices qu’offre l’exploitation des mers et océans.

«  Les mers et océans du monde entier connaissent des situations qui les empêchent de fonctionner normalement. Pourtant toutes les marchandises transitent, à plus de 90 % par les mers et océans. A partir du moment où le banditisme qui secoue depuis des années l’Afrique sur ses sols fermes a commencé par se transporter de ses sols vers les océans et empêchent le continent de connaitre son développement, il y a péril. Et cela interpelle toutes les consciences. Tous les peuples dont les journalistes doivent se sentir concernés », a indiqué le président du JAséMa, le togolais Arimiyao Tchagnao.

Le réseau accompagnera le prochain sommet sur la sécurité maritime qui se déroulera à Lomé du 10 au 15 octobre prochain. Il fera, selon son président « la vulgarisation de la charte (qui découlera de cette rencontre ndlr) afin que les populations puissent comprendre ce qui se passe concrètement et que chacun, à son niveau, puisse jouer la partition qui est la sienne pour que nous éliminions tous ces fléaux ». Il ne s’arrêtera pas aussi à ce sommet. « Le JASéMa n’est pas créé pour la conférence de Lomé mais pour toute l’Afrique et s’intéressera à toutes les questions de lutte contre l’insécurité maritime sur le plan continental  ».

La conférence de Lomé sur la sécurité maritime, permettra, notons-le, d’explorer les voies et moyens afin de faire de l’espace maritime l’un des principaux leviers du développement économique et social de l’Afrique.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don