La peur au ventre

L’opposition radicale au Togo doit subir un recyclage politique au risque d’abrutir complètement toutes les populations. Depuis l’entrée dans l’ère démocratique, il n’est pas de jour où les leaders politiques de l’opposition ne donnent de leçons aux gouvernants, à leurs adversaires politiques…aux journalistes. Pour eux, tout est mal fait par les autres, des ignares. Tandis qu’eux-mêmes, des génies, n’ont plus rien à apprendre.

Pour ces opposants, les tenants de l’ordre ancien, c’est-à-dire tous ceux qui sont proches du parti au pouvoir, n’ont rien à offrir aux Togolais. C’est ainsi qu’ils les invitent à regarder ce qui se passe dans les pays voisins, ou mieux, ailleurs pour s’en inspirer. Aussi, leur demandent-ils d’organiser des états généraux dans tous les secteurs d’activités ; ce qui est une très bonne chose en soi. Car, nul ne peut réfuter une réorganisation des différents services de l’Etat. Et voilà, le moment est venu pour cette opposition d’appliquer ce qu’elle demande aux autres de faire.

En effet, dans son fameux Appel aux patriotes, Fulbert Attisso et ses amis demandent des états généraux de l’opposition. Cela signifie que tous les problèmes qui minent cette opposition doivent être mis au grand jour, débattus, solutionnés et trouvés de meilleurs mécanismes pour vite appréhender les difficultés et mieux les aplanir. Malheureusement, Attisso et compagnie prévoient dans leur programme la désignation d’un candidat unique pour l’opposition en vu des élections présidentielles de 2015. En ce moment, tous les partis d’opposition seront là, même l’Ufc. C’est le crime de lest-majesté. Le collectif « Sauvons le Togo » dominé aujourd’hui par l’Anc ne peut participer à cette messe.

Le coordinateur du Cst l’a explicitement signifié : "les états généraux de l’opposition ne sont pas importants." Mardi, au cours d’un point de presse de compte rendu à mi-parcours des activités de son organisation, Fulbert Attisso a expliqué qu’"à la seconde rencontre du 7 mars 2014, les deux émissaires du CST venus sont aussitôt repartis avant le début de la réunion arguant que leur partenaire privilégié est l’Arc-en-ciel et qu’il n’était pas question d’élargir la réunion à d’autres entités". Du coup, les discussions pour l’unicité des actions de l’opposition sont plus qu’à jamais plombées.
En réalité, les argumentaires du Cst ne sont pas fondés. Une seule chose dérange Zeus Ajavon et « le chef de file de l’opposition », Jean-Pierre Fabre : la peur de se voir réduits en minorité face à des chefs de partis politiques qui ne supportent pas les frasques du leader de l’Anc.
Si tel n’est pas le cas, rendez-vous donc aux états généraux de l’opposition !

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don