Dans la presse du jeudi 19 mai 2016

La marche de CAP 2015 diversement qualifiée

Que pensent les journalistes de la marche qu’organise Cap 2015 ce samedi 21 mai dans les rues de Lomé ? Pour savoir, il suffit d’aller dans les kiosques parcourir les journaux parus ce jeudi. Voici une sélection de certains d’entre eux.

Selon Chronique de la Semaine, la marche préconisée par le CAP 2015 est une marche inutile du point de vue que le MRC, l’OBUTS, deux partis d’opposition, se désolidarisent et appellent au boycott.
« Ils étaient tous ensemble dans le ‘’Collectif Sauvons le Togo’’ (CST). Abass Kaboua a même contribué à la création du CAP 2015 avant de claquer la porte. Les deux partis ont toujours participé aux marches du CAP 2015 mais cette fois-ci, ils trouvent incongrue la marche lancée pour le samedi 21 mai et appellent la population au boycott  », lance-t-il.

De son côté, Le Bâtisseur trouve que la marche du CAP 2015 du 21 mai prochain est suivie d’une lettre des Evêques du Togo qui sort les « opposants » de leur léthargie.
« On reconnaîtra d’ailleurs qu’une saine démocratie réclame toujours une bonne participation à la base  », font remarquer les prélats dans leur lettre pastorale, et d’exhorter « vivement à ce que le processus de décentralisation qui s’amorce enfin dans notre pays et l’organisation des élections locales soient conduits avec diligence et de manière participative », ont écrit les Evêques.

Pour le Flambeau des démocrates, les Togolais sont conviés de nouveau dans les rues de Lomé et le CAP 2015 qui renoue avec les marches.
« A travers cette marche revendicative suivie de meeting, les quatre partis réunis au sein de CAP 2015 exigent les réformes constitutionnelles et institutionnelles et électorales telles que prévues par l’Accord Politique Global (APG), l’organisation transparente, participative et consensuelle de la décentralisation », indique le journal.

Dans la même lignée, Le Flambeau des démocrates en abordant le sujet de défis sécuritaires, sociaux, des réformes constitutionnelles et institutionnelles, décentralisation et OTR relève le rôle de sentinelle que joue Agbéyomé Kodjo.
« La formation OBUTS condamne les extrémistes de tout bord et invite tous les acteurs politiques et ceux de la société civile à la modération afin de ne pas porter préjudices au calme qui prévaut dans notre pays », mentionne-t-il.

Le quotidien Liberté pour sa part met en exergue la mise en œuvre des réformes pour la sauvegarde de la paix alors que l’indifférence notoire d’Awa Nana et son HCRRUN sont face à la problématique.
« Le HCRRUN et Awa Nana sont chargés de la mise en œuvre des recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR). A en croire le décret officiel, Mme Awa Nana est chargée de ‘’contribuer à l’instauration d’un climat social et politique apaisé nécessaire à la réconciliation et de lancer le dispositif d’indemnisation », ajoute-il.

Concernant la mobilisation des ressources pour le financement des secteurs sociaux prioritaires, Waraa les Vainqueurs fait savoir que le gouvernement opte pour un préfinancement axé sur le partenariat public et privé.
« En matière de travaux publics, le préfinancement que pratique le gouvernement est pratiquement une modalité du partenariat public-privé où l’entreprise attributaire du marché finance les travaux sur fonds propres ou sur un prêt à lui accordé par une banque ou un pool bancaire  », précise le journal.

En rubrique société, le Bimensuel Focus Infos fait allusion aux incendies des marchés de Lomé et de Kara. « Des auditions qui font froid dans le dos, des aveux, des non-lieux pour 23 des 43 inculpés, Jean-Pierre Fabre toujours poursuivi et bientôt l’ouverture d’un procès en assises », ironise-t-il.

Le Changement titre pour sa part « La sécurité du pays au centre des débats à l’Assemblée nationale, des auditeurs internationaux sur l’aviation civile dans nos murs  ».
« Préoccupées par le problème de sécurité au sommet de l’Etat avant cette rencontre, deux grandes simulations d’attaques terroristes ont eu lieu : l’une au niveau de l’hôtel Palm Beach et l’autre à l’hôtel Sarakawa  », affirme le journal.

Le grand quotidien Togo presse s’intéresse aux fraudes du concours d’entrée dans les Ecoles normales d’instituteurs (ENI).
« Lors de la correction des copies des candidats, il a été constaté une similitude de réponses et donc de notes dans certaines salles des centres d’écrit de Dapaong et de Tsévié. Une forte présomption de fraude a fait surface  », lit-on.

Pour Liberté, des cas de fraudes ce sont décelés, une reprise partielle des épreuves s’est surgie pour le concours d’entrée à l’ENI.
« Dans un souci de justice et d’équité, le Gouvernement a décidé de la reprise partielle du concours d’entrée dans les ENI pour les candidats ayant composé à Dapaong et à Tsévié. La date de la composition est fixée au mardi 07 juin 2016 à partir de 07h », déclare le journal.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don