Tchaa Bignossi Aquiteme,DG CENTIF-Togo

Formation sur le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment s’intensifie

Du 27 au 30 mars à Lomé, se déroule un séminaire de formation et de sensibilisation des administrations publiques en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Durant cette période, les participants venus des services publics vont prendre connaissance des normes et standards internationaux, notamment la recommandation 28 du Groupe d’Action financière (GAFI).

Avec ces normes internationales, les pays devraient faire en sorte que les responsables de l’action gouvernementale, la CENTIF, les autorités pénales et les autorités de surveillance disposent de mécanismes efficaces leur permettant de coopérer, et, le cas échéant, de coordonner leur action au plan national en ce qui concerne l’élaboration et la mise en œuvre de politiques et d’activités de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT).

«  La criminalité s’organise de plus en plus par delà les frontières nationales, tirant ainsi profit de la liberté de circulation des biens, des capitaux, des services et des personnes. De même les innovations technologiques telles qu’internet et les banques électroniques sont des instruments extrêmement utiles soit pour commettre des crimes ou pour transférer les profits qui résultent des activités ayant une apparence licite », a déclaré Tchaa Bignossi Aquiteme, directeur de la Cellule nationale de traitement des informations financières du Togo (CENTIF-Togo).

Il a également attiré l’attention des participants sur« la fraude commerciale, la corruption, le trafic d’êtres humains, des drogues et les produits psychotropes, la contrebande, la prostitution et autres infractions sous jacentes » qui prennent des proportions énormes.

Pour renchérir, le représentant du ministre de l’Economie et des Finances, Djossou Sémodji., a estimé que « le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme sont deux fléaux qui engendrent d’énormes conséquences sur l’économie, la politique, la stabilité des institutions financières et l’organisation des sociétés.  »

Le Togo accorde une priorité à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Ce faisant, il s’insère résolument dans le mouvement mondial en se conformant aux recommandations du GAFI et du GIABA.

A propos de l'auteur

Late Pater

Il est rédacteur au journal L’Union pour la Patrie et au site web Pa-lunion.com

Du même auteur