Parution du lundi 01 août 2016

La corruption, l’autre gangraine au Togo

Les journaux parus en kiosque ce lundi s’intéressent à plusieurs sujets qui font l’actualité au Togo.

« Affaire de corruption ou règlements de compte entre les professionnels de la justice au fur duquel, le président de la cour d’Appel Sronvie en passe d’être suspendu sur la plainte d’un avocat », titre Le Correcteur.

Selon le journal, le juge Olivier Sronvie est visé par une procédure disciplinaire dans une affaire de corruption où la plainte de Me Dossou stipule que le juge Sronvie a pris du retard dans la délivrance de l’ordonnance de sa radiation bien qu’il lui ait pris 10 millions pour le faire.

« Scandale à la justice togolaise, une grande cabale de l’hiérarchie pour débarquer le président de la Cour d’appel de Lomé », ironise Forum de la semaine avant de se demander si « le CSM violerait-il les secrets de délibération ? ».

« Le président de la Cour d’appel le juge Sronvie suspendu pour une grosse affaire de corruption. Il est passé devant le conseil de discipline le mardi durant 4h de temps. La décision a été mise en délibéré, et les parties attendaient impatiemment le verdict. Subitement, les réseaux sociaux s’inondent du verdict déjà retenu. Le CSM vient de violer ainsi le principe sacro-saint du secret des délibérations. Un scandale qui peut, sous d’autres cieux, provoquer la démission immédiate du président », informe-t-il.

Nicolas Lawson à Faure et à Fabre « Sans renoncer à vos justes désaccords, faites renaître la joie de vivre des Togolais, leur unité et leur fierté ».

« Messieurs les Chefs de l’Etat et de file de l’opposition, que Dieu Tout-Puissant vous inspire et vous aide à amener notre patrie à se doter d’un Etat juste et fort et à ne plus laisser la division politique verser encore le sang des enfants du Togo et déchirer son unité. Nos divisions entravent le progrès nécessaire à la prospérité de notre patrie, au bien-être général de sa population et à son prestige », rapporte le journal.

Mandat social en souffrance à la CEET où Faure construit, Kakatsi détruit, écrit Nouvelle opinion.

« L’histoire récente révèle que la Compagnie énergie électrique du Togo (CEET), à une époque donnée a été pour quelques mois, dirigée par un certain D.G par intérim appelé Mawussi Kakatsi. L’homme ayant de sitôt montré ses limites par sa gestion hasardeuse et approximative, les autorités d’alors avec en tête, le ministre Damipi n’ont pas peiné à lancer un appel à candidature afin de trouver la personne la mieux indiquée pour sauver les meubles. A l’issu des consultations, Kakatsi sera dégagé. Le tandem Djétéli-Amoussou-Kpéto prendra la tête de la boîte », indique le journal.

Liberté de son côté parle de la brouille entre l’OTR et la Brasserie BB Lomé où le DG Olivier Renson sommé de quitter le Togo.

« L’affaire du redressement fiscal à hauteur de 68 milliards de francs CFA entre l’Office togolais des recettes (OTR) et la Brasserie BB Lomé se solde par le départ précipité de l’actuel Directeur Général, Olivier Renson. Pour avoir jugé que le redressement fiscal infligé à sa société est illégal, le DG a été obligé de rendre son tablier. Un délai lui aurait même été fixé afin qu’il quitte le territoire togolais. Son successeur arrive vers la fin du mois d’août », lance-t-il.

En économie, Golfe info aborde la question de la compétitivité du secteur de la téléphonie mobile « Un 3ème opérateur qui n’arrange pas les bonnes affaires ».

« Ce qui intéresse le citoyen togolais aujourd’hui, n’est pas de lancer trois, quatre ou cinq opérateurs, la question est de savoir, est ce qu’ils veulent un service de qualité, au prix compétitif, et c’est la principale requête des togolais. Et c’est d’ailleurs ce à quoi, le gouvernement s’attèle au jour le jour », ajoute-t-il.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don