Après les marchés...

La cathédrale de Lomé brûle

La sacristie de la cathédrale Sacré-cœur de Jésus de Lomé a brûlé lundi soir. Plusieurs dégâts matériels sont signalés.

Un incendie s’est déclaré ce 02 janvier à la Cathédrale de Lomé. D’origine jusque-là inconnue, le feu a détruit des meubles et du matériel de messe dont des bibles et des vêtements des pères et des enfants de cœur.

« Dès que je suis arrivé pour le service, une dame a accouru vers moi pour me dire que des fumées proviennent du bâtiment. Nous avons donc cherché du secours. Je ne connais pas la cause réelle du feu », nous raconte M. Zinsou ADZIWANOU, gardien de nuit de la Cathédrale.

Dame Akofa Essi ASSOGBA, une riveraine, renchérit, « Nous sommes venues, une amie et moi, uriner. A notre arrivée nous avons aperçu une fumée. Puis une vieille dame est venue vers nous pour nous dire que la sacristie prenait feu. Nous avons appelé les sapeurs-pompiers. Ils ne sont pas vite arrivés ; nous avons, pendant ce temps chercher à maîtriser la situation. Quand ils sont finalement arrivés, ils n’avaient pas d’eau. Une deuxième de leurs voitures est après venue avec de l’eau. Beaucoup de choses ont brûlées ».

Selon un paroissien qui n’a pas voulu afficher son identité, le feu proviendrait d’un court-circuit. « Notre compteur est défectueux. Je crois qu’un court circuit est parti de lui pour atteindre la sacristie », nous a-t-il confié. N’empêche, l’incident qui a eu lieu aux environs de 16 heures 50 a été maîtrisé par le corps des sapeurs-pompiers de Lomé, arrivé sur les lieux.

« Nous sommes arrivés cinq minutes après qu’on nous ai appelés. Il y avait trop de foule. C’était difficile d’avoir accès au feu. Il fallait faire la reconnaissance, savoir la source du feu et commencer le travail. Ce que nous avons fait et en 45 minutes, le feu était maîtrisé. Il n’y a pas eu de blessés ni de morts mais on déplore des dégâts et des dommages matériels que seuls les responsables de l’Eglise pourront évaluer », a indiqué le colonel Tchanile AGORO, chef-corps de la caserne des sapeurs pompiers de Lomé.

Pour le responsable du corps des sapeurs-pompiers, la population a certes aider, mais l’a fait à moitié.

« Nous saluons le soutien de la population chaque fois qu’il y a un sinistre. Ce qui est à déplorer, c’est l’encombrement qui empêche les secouristes de faire correctement leur travail. Les gens doivent s’écarter dès que les spécialistes sont là pour laisser ceux-ci faire leur devoir. Le gouvernement a fait des efforts pour nous donner les moyens pour faire au mieux notre travail. Aussi, les populations doivent arrêter d’alerter les secours trop tardivement, ce qui était le cas aujourd’hui », a déclaré le Colonel AGORO.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Colonel Yark DAMEHAME, s’est rendu dans la soirée sur les lieux pour constater les faits. L’Archevêque de la ville de Lomé, Mgr Denis Komivi AMUZU-DZAKPAH, a aussi fait le déplacement. Les causes exactes de cet incident, qui rappelle ceux des marchés de Lomé et de Kara en janvier 2014, seront connues incessamment.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don