Banka Johnson, DG CETEF, lance une nouvelle foire

« La Foire Made in Togo » pour promouvoir le savoir-faire togolais

Du 22 juillet au 02 août prochain, le Centre des expositions et foires de Lomé (CETEF) Togo 2000 accueille une foire en prélude à la 13ème foire internationale de Lomé. Il s’agit de la foire « Made in Togo ». De quoi s’agit-il ? Pour répondre à cette question, nous avons approché le Directeur général dudit centre qui va accueillir l’événement.
« C’est une innovation », a déclaré M. Kuéku Banka Johnson, pour valoriser les produits togolais dans leur ensemble.
« Nous avons fait un constat qu’il y a pas mal de produits togolais qui ne sont pas connus du public et comme c’est le cas, ne sont pas aussi consommés comme cela se doit par le public togolais », a-t-il précisé.
Le patron du CETEF a fait également une ouverture sur la 13ème foire internationale de Lomé qui sera placée sous le thème : « la promotion de l’agro-industrie, gage du développement économique ». Le pays invité d’honneur sera l’Egypte, a-t-il annoncé.
Voici l’intégralité de l’interview

pa-Lunion.com  : Bonjour M. Johnson, vous êtes le Directeur général du Centre Togolais des Expositions et Foires, CETEF. Pratiquement tous les ans, vous organisez les foires internationales de Lomé. Nous venons d’apprendre que cette année, en prélude à cet évènement international, vous initiez une foire pratiquement nationale que vous dénommez « Foire Made in Togo ». Dites-nous exactement de ce que c’est ?
M. Kuéku Banka Johnson  : Bonjour ! « La foire Made in Togo », c’est l’une des innovations du CETEF pour cette année. C’est une innovation commerciale comme tout autre, une action de promotion commerciale mais qui a cette spécificité de ne concerner que les biens et services produits sur le territoire national. Nous avons fait un constat qu’il y a pas mal de produits togolais qui ne sont pas connus du public et comme c’est le cas, ne sont pas aussi consommés comme cela se doit par le public togolais. Et si ce n’est pas consommé, c’est tout simplement parce que les consommateurs ne connaissent pas ces produits.
Il y a nos compatriotes qui ont compris aujourd’hui qu’il ne faut pas attendre la fonction publique pour se frayer le chemin dans la vie active. Ils ont eux-mêmes développé de très bon projets, que ce soit dans le domaine de la nouvelle technologie ou tout autre, dans la transformation des produits agricoles, de très bon projets rendus aussi possibles par le Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes (FAIEJ) mais qui malheureusement ne sont pas connus.

Quel est l’opportunité de cette initiative ?
L’idée primordiale, c’est de permettre à tous les acteurs de la vie économique de profiter de ces dix (10) jours -parce que la foire va durer du 22 juillet au 02 août- de faire part à l’opinion publique.
Nous avons aussi compris que pendant les vacances généralement, il y a beaucoup de nos compatriotes qui rentrent avec leur famille pour ceux qui sont partis très tôt avec surtout des amis, des touristes qui vivent au Togo pendant les vacances et qui ont du mal à retrouver des produits togolais en tant que tel parce qu’eux, ils ont tellement l’habitude de découvrir le Togo à travers sa production mais des fois, c’est vraiment compliqué. Nous voulons faire de la Foire Togo 2000, du CETEF, un point où pendant les vacances lorsque nous accueillons nos compatriotes, nos frères et sœurs, les amis et les touristes, qu’ils aient un lieu de rencontre où ils peuvent découvrir tout ce qui concerne la production togolaise, que ça soit les produits artisanaux, les biens produits dans le domaine du textile, dans le domaine de l’artisanat. Qu’ils aient un point facile et lorsqu’ils ont envie de vivre le Togo en miniature, ils pourront le faire dans ces dix jours si possible. Voilà autant de préoccupations qui nous ont guidés à imaginer cette foire et qui, en principe, doit bien se passer dans la mesure où ça intéresserait les producteurs, les commerçants, les intermédiaires à venir montrer au grand public, les consommateurs togolais, ce qu’ils savent bien faire en matière de promotion togolaise.
L’opportunité permet de développer en quelque sorte, la production nationale par le biais de la consommation.

A quoi va-t-on assister concrètement durant ces dix (10) jours ?
Il y aura l’aspect exposition des produits, exposition-vente s’il le faut, mais nous allons aussi initier la possibilité qu’on découvre la culture togolaise et lorsque nous parlons de la culture, c’est au sens large du terme où il y aura la tradition, la danse, le folklore, des soirées de contes et nous allons permettre aussi à nos jeunes artistes de se produire pendant ses jours-là sans oublier que ce sont les vacances. Il y aura de la cuisine togolaise. On réservera des jours pour chaque région où elles auront à faire voir ce que contiennent leurs terroirs en termes de folklore, de danse et des recettes culinaires. La musique sera aussi de la partie avec des artistes qui seront là. C’est tout un ensemble d’éléments émanant du terroir togolais que nous allons pourvoir pendant ces périodes en vue de nous permettre d’atteindre notre objectif qui est de faire connaître les biens et services qu’on produit au Togo au niveau culturel.

Dans quelques mois, la 13ème foire internationale de Lomé, comment vont les préparatifs ?
C’est une année extrêmement chargée pour nous et nous allons faire le lancement de cette manifestation très prochainement et nous avons, à part cette foire « made in Togo », un salon aussi, un salon SICOV des cosmétiques et de la beauté que nous allons co-organiser avec notre opérateur économique. Il s’agit de faire voir les produits cosmétiques qui sont bien pour la peau parce qu’on constate que sur le marché, il y a des produits qui n’arrangent pas du tout nos sœurs et nos mères et après les avoir utilisés, ce sont des dégâts corporels assez énormes. Donc, ce salon c’est justement pour montrer que la beauté féminine est très importante et il faut savoir quoi utiliser. C’est de permettre à nos sœurs, jeunes sœurs, à nos mères d’aller à la découverte des produits qu’il faut pour leur peau et cela les rendra encore plus belles. On aura tout l’arsenal nécessaire qui participe à la beauté féminine, pas seulement féminine mais à la beauté tout court mais qui sera exposé au cours de cette soirée. Nous sommes aussi en train d’expérimenter que ça soit au niveau de Made in Togo comme au niveau de SICOV, nous allons sectoriser les espaces et lorsque vous venez dans un espace, vous trouverez en même temps tous ceux qui sont de ce domaine si c’est de l’art, vous avez tous les artisans et artistes qui sont là, si c’est la beauté donc on va sectoriser ces espaces afin de faciliter la visite aux visiteurs.
La foire de Lomé va être lancée comme tous les ans. C’est l’Egypte qui est le pays d’honneur, nous y avons déjà effectué deux visites dans ce cadre avec nos amis égyptiens pour voir comment nous allons préparer cela. Nous rencontrons lors de nos différentes missions à l’extérieur les opérateurs économiques, les associations qui vont aussi participer à cette foire. Nous allons, après le lancement durant le mois de juillet-août, essayer d’aller dans la sous-région pour inviter les opérateurs qui nous permettront de faire la promotion de l’agro-industrie puisque le thème de l’édition prochaine est « la promotion de l’agro-industrie, gage du développement économique ». Il nous faudrait voir avec les pays voisins qui sont très avancés dans le domaine de l’agro-industrie, notamment le Ghana, le Nigeria et la Côte d’Ivoire pour partager leurs expériences en la matière pour permettre au Togo d’amorcer une agro-industrie.

Un mot de fin ?
J’invite à travers les médias, les opérateurs économiques, que ça soit pour la foire « Made in Togo », le SICOP ou la foire de Lomé, à nous approcher pour prendre les informations nécessaires en vue de la participation à cette exposition. Je profite de l’occasion pour lancer un appel au public de faire le déplacement très nombreux pour apprécier la culture togolaise, la production togolaise et voir tout ce qui se fait et aller à la consommation du produit local parce qu’il est de notre autorité aujourd’hui de démontrer que les Togolais aussi font de belles choses dans un certain nombre de domaines et il faut les encourager et il n’y a que nous-mêmes qui devrons nous encourager pour aller plus loin. J’insiste surtout sur cette manifestation qui aura lieu du 22 juillet au 02 août, c’est la première édition, nous invitons tout le monde à y participer et à nous encourager aussi parce que cette manifestation est organisée pour le bien et le bonheur de l’économie nationale.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don