Crise au sein de l’éducation au Togo

La CSET rejoint au groupe de travail

Les discussions se sont poursuivies ce jeudi entre les pouvoirs publics et les représentants des syndicats d’enseignants, une nouvelle séance du Groupe de travail sur le système éducatif au Togo qui a vu la participation de la Coordination des syndicats des enseignants du Togo (CSET).

Présidée par le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara, les discussions ont porté sur les affectations, l’intégration des enseignants auxiliaires, les cotisations à la caisse nationale de sécurité sociale et surtout le statut particulier de l’enseignant togolais.

L’invitation adressée à la CSET, vise à partager avec ses représentants, les conclusions auxquelles ils sont déjà parvenus.

« Il était question d’inviter la CSET à apporter sa contribution sur la question du statut particulier des enseignants. Mais l’invitation de la CSET à la séance du Groupe de travail visait également partagé avec ce mouvement syndical, les avancées faites sur certaines questions et les conclusions obtenues sur d’autres », a déclaré le ministre.

Sur des questions d’intérêt capital pour le secteur éducatif togolais, Gilbert Bawara, compose avec la Coordination des syndicats des enseignants du Togo (CSET), un mouvement qui mobilise ces derniers mois les enseignants togolais pour réclamer l’amélioration de leurs conditions.

Les enseignants réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail à savoir : les primes, de nuits et les indemnités de logements. Il est également question de l’amélioration de la qualité du système éducatif passant évidemment par des professeurs plus motivés.

Parlant de statut particulier, le ministre a montré que les discussions auxquelles a pris part la CSET étaient basées sur un projet existant.

Il a également sollicité des centrales syndicales et de la CSET particulièrement qu’un travail soit fait en direction des enseignants pour que le calme revienne dans le secteur de l’éducation.

La question est débattue depuis 2011 mais méritait d’être revisité avec le vote du nouveau Statut général de la Fonction publique en 2013.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don