Parutions du mercredi 4 janvier 2017

L’incendie de la cathédrale anime les débats

L’Incendie de la Cathédrale Sacré Cœur de Lomé est le sujet qui anime les débats dans les colonnes des journaux parus en kiosque ce mercredi.

Forum de la Semaine titre : « La Sacristie de la Cathédrale Sacré Cœur de Lomé consumée par un incendie ».

Ce qu’il faut retenir selon le quotidien, c’est que le début de soirée du lundi 2 janvier 2017 a été mouvementé autour de la Cathédrale « Sacré Cœur » de Lomé, dans la zone du Grand marché de Lomé où un incendie s’est déclenché peu avant 17 heures.

Le responsable du service des Sapeurs pompiers, relève-t-il, a laissé entendre que l’origine du feu ne se connaît pas pour le moment, mais l’on soupçonne un court-circuit dans le compteur qui a entamé les habits qu’on a déposés dans les vestiaires et qui se propageait à travers les escaliers vers le bas.

Se prononçant sur le même sujet, Liberté se questionne : « Doit-on écarter la piste criminelle ? ».

« On se connaît dans ce pays. Pour ces genres de choses, il est prématuré d’avancer une piste sans qu’aucune enquête sérieuse ne soit effectuée. Il ne faut plus tomber dans les erreurs du passé. Nous sommes malheureusement dans un pays atypique et on n’aura plus de suite », propos d’un citoyen lambda relayé par ce quotidien privé.

Parlant du vote du budget 2017, Liberté parle de de vote « à la hussarde » et titre : « Barrage d’Adjrarala abandonné, 156 milliards d’emprunts à rechercher, le marché de Lomé mis en veille ».

« Les députés de la majorité UNIR sont-ils plus fins connaisseurs que les concepteurs et les contradicteurs du budget gestion 2017 ? Après analyse de leur silence assourdissant tout au long des débats, on est tenté de répondre par l’affirmative. Mais leur mutisme n’à point empêché les autres de relever des points ô combien pertinents contenus dans ce qu’il convient d’appeler ‘’ce machin de projet de budget », informe-t-il.

Pour la première fois depuis l’indépendance, le budget du Togo passe la barre de 1000 milliards de francs CFA mais de nombreuses critiques de l’opposition fusent encore, écrit Forum de la semaine.

« Les députés ont adopté in extremis le mardi 27 décembre dernier, le budget du Togo pour l’exercice 2017. Equilibré en recettes et en dépenses, le budget 2017 s’élève à 1.227,4 milliards de francs CFA et permet au Togo de passer pour la première fois de son histoire, le cap des 1.000 milliards de francs CFA. Comme on pouvait s’y attendre, seuls les députés UNIR ont voté le projet de loi de finances gestion 2017 présenté par le gouvernement. Le groupe parlementaire de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a voté contre », précise-t-il.

Le Correcteur entame l’aspect politique avec la nomination des membres de la Commission de réflexion sur les réformes politiques et estime que plusieurs « pontes » du pouvoir sont réquisitionnés pour un nouveau « cirque ».

« Dans un décret pris en conseil des ministres et rendu public mardi 3 janvier 2017 à la Télévision Togolaise (TVT), huit (8) noms ont été annoncés comme membres de la Commission de réflexion chargée des réformes politiques et constitutionnelles. Il s’agit de Séléagodji Ahoomey-Zunu, Adji Otèth Ayassor, Pr Kokoroko Dodji, Pr Adama Kpodar, Afandé Koffi, Yabré Dago, Dr Ihou David et Pr Batchana Essohanam », lance-t-il.

Toujours sur la question des nominations, La Dépêche fait savoir que c’est un jeu de chaise musicale en permanence.

« Le décret le nommant Secrétaire général du gouvernement est tombé le mercredi 27 décembre 2016. L’heureux gagnant n’est plus à présenter. Il s’agit de M. Maganawé. Celui-là qui s’est fait remarquer négativement quand il était ministre des Enseignements primaire et secondaire », lit-on dans les colonnes de ce journal.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don