Libre circulation dans l’espace UEMOA

L’érosion côtière préoccupante sur le Corridor

Le projet de réhabilitation de la route Lomé-Cotonou et de la facilitation des transports sur le corridor Abidjan-Lagos (phase 2) et de protection de la côte est en cours d’examen. Le gouvernement togolais en partagera la responsabilité avec le Bénin et la commission de l’UEMOA.

Une mission composée des représentants de la Banque africaine de développement (BAD), la commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), la Banque européenne d’investissement (BEI) et de l’Union Européenne (UE) a séjourné, au Togo, du 14 au 24 mars 2016. Objectif, examiner et valider le projet de réhabilitation et de dédoublement du tronçon Avepozo-Aného et les travaux de la protection de la côte par la construction d’ouvrages de protection.

Ceci pour faciliter le transport routier sur ladite voie et freiner l’érosion côtière le long de la même route.
 
Concrètement, le tronçon Avepozo-Aného sera réhabilité et dédoublé et 28 épis seront construits le long de la voie pour ralentir l’érosion de la côte. Le rechargement en sable des casiers ainsi formés contribueront à la stabilisation du littoral togolais. Notons que le projet intègre également l’aménagement du tronçon 2X2 voies entre la frontière togolaise et Ouidah au Bénin.

Le projet sera exécuté sous la responsabilité conjointe du Bénin, du Togo et de la commission de l’UEMOA, et prévoit un appui institutionnel aux ministères impliqués dans sa mise en œuvre.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don