« Assibi et Salifou, la première fois »

L’éducation sexuelle par la bande dessinée

L’ambassadeur des Etats-Unis au Togo, David Gilmour a officiellement lancé à Lomé la bande dessinée « Assibi et Salifou, la première fois » qui retrace l’histoire de deux (2) collégiens togolais, après leur premier rapport sexuel. C’est en présence de Dr Rouguiatou Diallo, la Directrice régionale d’Agir pour la planification familiale (AgirPF), un projet de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) qui a financé la confection de cette bande dessinée.

Ce document ludique d’une trentaine de pages conçu à la base par les jeunes de 12 à 19 ans pour les jeunes d’âge compris entre 15 et 24 ans, veut passer pour un bréviaire de cette tranche d’âge en matière de santé sexuelle et reproductive.

L’outil qui a été pendant la circonstance distribué aux jeunes qui ont fait le déplacement du lieu de la cérémonie de lancement, permettra d’accroître le niveau de connaissances des jeunes au sujet de leur santé sexuelle et reproductive, leurs droits et le genre.

« Cette bande dessinée traite d’un sujet très important pour la jeunesse togolaise : la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescents. Il s’agit d’un sujet déterminant pour l’avenir de la jeunesse, et même pour le développement du pays. En effet, le Togo a une population très jeune, et 60% de cette population ont moins de 25 ans. Il est donc important d’éveiller la conscience de ces jeunes sur la responsabilité qu’exige la pratique sexuelle », a déclaré dans son discours de lancement le diplomate américain.

L’éducation de la jeunesse est très importante, elle est de nature à réduire considérablement les risques liés aux grossesses précoces, particulièrement en milieu scolaire, ainsi que les risques de contamination par les maladies sexuellement transmissibles dont le VIH/Sida ».

Selon Dr Rouguiatou Diallo, la Directrice régionale d’Agir pour la planification familiale (AgirPF), cette bande dessinée est plus qu’importante dans la mesure où seulement 1% des structures sanitaires répondent aux besoins sexuels des jeunes. « Le document sera distribué gratuitement de la manière la plus large possible pour que la voie des jeunes aille aussi loin qu’elle n’est jamais entendue », a-t-elle ajouté.

Les chiffres en matière de grossesses non désirées au Togo sont alarmants. Selon le rapport 2013 du Centre autonome d’études et de renforcement des capacités pour le développement au Togo (CADERDT), au cours de la même année, 7.000 cas de grossesses non désirées ont été enregistrées dans les milieux scolaire et universitaire.

Quant à l’enquête MICS 2010, 9% des femmes de 15 à 49 ans ont provoqué au moins une fois un avortement dans leur vie. Mais au cas où les grossesses se terminent par un accouchement, les étudiantes ou élèves-mères n’arrivent plus à poursuivre les études dans la plupart des cas ; c’est pareil pour les étudiants, auteurs de grossesses non désirées. L’abandon du cursus universitaire est souvent un facteur d’échec pour ces derniers dans la vie active et sur le plan social et économique.

15.000 exemplaires de cette bande dessinée seront distribués. Elle sera également adaptée et distribuée dans tous les pays de mise en œuvre du projet AgirPF, à savoir le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie et le Niger.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don